PLAYLIST DE GANTZ !


Partagez|

[B3 - Kasai Arashi - MilkyWay ] Burned Skin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maître du Jeux
avatar
Kasai Arashi

Nombre de messages : 549
Pseudo : Faraway
Surnom : Torche Grise
Âge du personnage : 43 ans

Fiche Technique
Points:
26/100  (26/100)
Missions:
1/2  (1/2)
Équipement/Armement: Pistolet 9mm, 14B / Couteau papillon / X-Gun / Combinaison / Controleur

Ven 29 Nov 2013, 16:39

Road, Night and Sound

Une nuit de plus, une putain de nuit de plus dans cette foutue ville. Quoi dire, il était rentré en menaçant un taxi, direction le MilkyWay, car là bas la nuit ne faisait que commencer il avait garder le matos fourni par la sphère et il aurait sa revanche, mais un autre soir. Le vieillard n’avait rien de plus à dire sur ce qu’il s’était passé cette nuit. Le taxi roule tranquillement laissant les lumières de la ville défilée. Il n’a plus de casque, mais la musique défile toujours dans sa tête, il attend avec impatience la sensation de ses tympans qui se vrille pour oublié toutes les saloperies auxquelles sont esprit devait faire face. Le taxi le laissa devant la boite, lui était déguisé comme un guignol, les gardes ne le reconnurent pas, sans doute parce qu’il n’était pas venu dans cette boite aussi souvent qu’il le souhaitait depuis son retour. Après une brève explication et un nez de videur cassé  ils le laissèrent passé, il n’avait pas vraiment le choix. Le vieux était énervé. Il passa devant des dizaines de jeunes,  un garde l’accompagnant fendant la foule à sa place. Il monta jusqu'à son bureau dans le « Night-Club » aménager spécialement pour et par lui. Il avait des coups de fils à passé et il ne doutait pas que certaines personnes voudrait des explications sur ce qui était arrivé à l’Underground. Une bande de tueur, rien de plus. Certains comprendraient, d’autres non, mais ceux là, ils savaient très bien quoi faire d’eux. Une vue sur Shibuya à travers des vitres teintés pour ne pas être emmerder. Une autre  plus large sur le sol de son bureau lui permettait de voir ce qui se passe sur la piste du troisième étage. Des corps en mouvements, de la musique live à crever les tympans et de la lumière, rien d’autre qu’un quotidien qui lui avait manqué pendant les quelques dernières heures. Bon il ne lui fallut que quelques secondes pour voir à quel point le groupe était mauvais, mais tant que les gens s’amusaient ce soir il ne dirait rien.

Il alluma une lumière d’ambiance, attrapa une bouteille de whiskey, et s’allongea sur le canapé, toujours dans cette putain de tenue en latex qui couiner contre le cuir.  Le téléphone sonna et il décrocha. L’Underground était dans un sale état, mais les coûts pour la réparation n’étaient pas si élevés. Une question de temps avant qu’il ne soit remis à neuf. Il en profiterait pour rajouter certaines choses. L’assurance couvrait le plus gros des dégâts quant à lui, il s’occuperait des innovations. Les flics voulaient une explication, mais il passerait à un autre moment, là il avait encore quelques coup de fils à passé et il serait tranquille. D’abord un tailleur, besoin de nouveaux vêtements, puis de mp3 même s’il en avait quelques uns de réserve ici la plupart des autres devaient avoir brûlé. De la nourriture aussi, il avait faim comme s’il n’avait pas mangé depuis des lustres. Quoi d’autre.. ? La sécurité voilà, quelques appelles et il aurait le triple des effectifs dans chacune de ses boites d’ici demain. Un certain prix, mais il le fallait, un simple abruti n’aurait rien fait face au danger. S’offrir quelques armes à feux de plus serait une bonne chose également, mais ça attendrait.
Pour terminée les yakuzas, il n’avait pas envie de les appeler, ces mecs ne savaient pas faire grand-chose de leurs dix doigts, mais ils fournissaient une main d’œuvre non négligeable pour le travail qu’il leur demanderait. Les deux premiers numéros ne répondirent pas, mais il restait toujours cette fameuse famille là.
Hideki, un bon petit gars qui avait vieillis pendant sont coma et qu’il avait retrouver par la suite. Il n’avait pas grand-chose à lui demander, d’envoyer des hommes dans les rues écouté la rumeur populaires, apprendre qui avait fais le coup à l’Underground. Le service serait rendu par la suite.

Voilà. Il avait fini. Il prit une large rasade d’alcool, s’alluma une cigarette d’une simple piqûre cérébrale, alluma la musique, retira la tenue en latex au profit d’un débardeur et d’un jean, s’installa sur le canapé et ferma les yeux.

La journée serait longue.


Like a "Bang"

Réveil quelque minutes plus tard, la bouffe est arrivée, le videur pose ça sur la table basse, Kasai lui donne un billet avant de le congédier. Pendant qu’il se nourri il pense à ce qu’il lui reste à faire, trouver ses filles, toujours. Le numéro que ce gros porc lui avait donné, il l’avait toujours ? Le téléphone était à l’Underground dans son coffre fort, peut-être que cette saloperie avait résisté aussi bien que lui à l’explosion. Il irait dans quelques heures voir ce qu’il en était, et il devrait s’expliqué avec la police aussi, plein de chose qu’il n’a pas envie de faire.


En dessous, la musique à repris, le groupe est parti, mais la nuit ne s’arrête jamais dans ses boîtes, un Dj avait repris la main, c’était moins dégueulasse déjà que le groupe de tout à l’heure, mais les gens était moins intéressé, mais ça il s’en foutait. Dans quelques chansons ils reviendraient dansé sur la piste par dizaine. Les fringues arrivèrent ensuite, même chose qu’auparavant. Ce fut ensuite le tour de Hideki, qui arriva environ quatre heures plus tard. Kasai avait eut le temps de s’occuper de la boite, réajuster le prix d’entrée et trouver des groupes pour la programmation de la semaine prochaine. De brève salutation, un verre à la main et une cigarette dans l’autre, ils s’assirent sur le canapé.

- Alors dis moi, tu as trouvé quelque chose ?  Qui a fait explosé ma boite ?
- Par rapport aux informations que tu nous as données c’est difficile à dire, de véritables fantômes. Il n’y avait aucun corps dans la boite, même pas calcinée, pour ce qui est du reste, les flics ont pu emporté certains éléments mais rien de concluant. Par  rapport à la description que tu nous as fais d’eux, on a réussi à trouver quelque chose. Une caméra dans le quartier a filmé plusieurs plaques d’immatriculations, après les avoir passé en revue, on en a une qui ne figurait sur aucun registre, pour le moment on cherche, mais ça risque d’être long de recoupés les informations que l’ont a. Ce qui est sûr c’est que ce sont des professionnels. Pas de traces, pas de témoin, il n’ y a que l’explosion et les cadavres qui atteste leur passage.
- Ca reste possible de les retrouver ? Je n’aime pas vraiment l’idée que des mecs puissent s’invité chez moi pour essayer de me tuer. Je compte améliorer la sécurité ici, mais je ne pense pas que ça puisse vraiment les arrêtés s’ils ont les moyens.
- C’est possible, mais ça peut prendre un peu de temps. Si tu le souhaites je peux mettre des gars en face de la boite en cas de problème.

- Non, ça ira petit, je préfère que tu te concentres sur le moyen de les retrouver, je m’occupe de ma sécurité. Pour le moment trouve les et je m’occuperais de faire payer celui qui est derrière tout ça, quitte à mettre la ville à feux et à sang.
- Sans aller jusque là, nous serons avec toi s’il y a un problème.

La discussion ne s’éternisa pas plus, Hideki avait d’autres choses à faire, Kasai aussi.


Un nouveau casque sur les oreilles, le vieillard se cassa de la boite, un chauffeur l’attendait, direction l’Underground. Il appela les flics pour leur dire. Ils se rejoindraient là-bas. Il arriva devant l’entrée du bâtiment. Celui-ci faisait une sale gueule, des traces de fumée couvraient le dessus des fenêtres et l’intérieur devait être dans un état pitoyable. Les flics étaient déjà là, derrière des banderoles qui délimitaient le périmètre. Il passa les banderoles directement.

- Mr Arashi ?
- Oui, on peux faire ça rapidement j’ai un emploi du temps chargé.
- Ne prenait pas ça à la légère, vous pourriez très bien finir au poste avec nous. Nous avons quelques questions.
- Mouais… ça ne vous dérange pas si l’ont entre, j’aimerais récupérer deux trois affaires.

- Pour le moment, vous ne pouvez rien récupéré, mais vous pouvez toujours jeter un coup d’œil. Tout d’abord où étiez vous hier soir pendant l’incendie ?
- J’étais en train de me promener. Si vous n’avez pas réussi à me joindre c’est parce que j’avais un casque et que j’écoutais de la musique. Pour ce qui est de mon alibi, j’aimerais savoir si faire cramer une boite de nuit serait bon pour le travail ? Surtout si vous considérez que c’est ma résidence principale, les employées vous le diront.

- Ils nous l’ont dit, mais ils nous ont aussi dit que vous étiez là hier soir dans votre bureau, quant a eu lieu l’explosion.
- Je suis désolé, mais comme je vous l’ai dit, je n’étais pas là, je préfère laisser le doute sur ma présence à mes employées de temps en temps, ça les aides à travailler. C’est un incendie criminel ou un accident ?

- C’est une explosion, nous ne savons pas encore exactement, quelle est la cause. Vous n’êtes pas encore suspecté, mais il semblerait qu’en regardant votre dossier, il n’est pas tout rose, vous n’avez jamais était inculpé pour quoi que ce soit, mais nous connaissons vos fréquentations, nous savons aussi qu’à la sortie de votre coma, il y a eu un départ de feu dans l’hôpital ou vous vous trouviez, ce qui fait une explosion dans votre club et dans l’Hôpital. Jusqu’à preuve du contraire vous étiez là hier soir, ce qui fait deux lieux ou un « accident » de ce genre survient. Il serait peut-être temps de coopérer avec la police avant que vous ne soyez inculpé.
- Hum, pardon ? Je n’écoutais pas.


L'inspecteur jura en silence avant de reprendre.


- Si vous êtes menacé nous pouvons vous protéger, la tentative de meurtre étant le plus probable, si vous décidiez de « coopérer » sur d’autres enquêtes nous pourrions faire jouer les choses en votre faveur.

Il avait fini de gravir les escaliers, il arriva sur la piste, s’était vraiment pas beau, beaucoup plus noir et plus cramé que la dernière fois, il n’avait rien causé et juste pour ça ils allaient lui payés. Il monta jusque dans son bureau, parlant toujours au policier.


- Gamin, des gens qui essayent de me tuer et ce que tu me proposes c’est que j’en balance d’autres pour obtenir la protection de la police ? Tu me prends pour un con ? Mene ton enquête et une vrai, si tu trouves les coupables je serais le premier à te suivre, mais puisque tu n'as rien comme élément, pousse toi.



Burned Wood

Il se dirigea vers le coffre au fond de son bureau, il était encore intact, la combinaison fonctionna et il l’ouvrit, le flics regarda derrière lui le contenu du coffre en lui disant que s'était des preuves maintenant, qu’il n’avait pas le droit d’y toucher, comme si ça pouvait l’arrêter. Kasai attrapa le téléphone et enregistra  le numéro qu'il cherchait sur celui qui était dans sa poche. Il le garda quelques secondes en main, utilisant son pouvoir pour cramer tout ce qu’il y avait à l’intérieur du téléphone, plus de données pour le flic qui ne se douta de rien l'odeur environnante cacha celle du plastique et du fer qui fond, il replaça ensuite le téléphone dans le coffre avant de le fermer.

- Quelle est la combinaison, Monsieur Arashi ? Nous l’ouvrirons d’une manière ou d’une autre.

- Je suis navré à mon age on ne se rappelle plus très bien ce genre de chose, mais si ça me revient je vous appelles…



Il ne dit plus un mot et reparti en direction du Milky Way. Le flic continua de lui poser des questions mais Kasai ne les entendait plus, la musique à fond il repartit.




~ The power of the sun in the palm of my hand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[B3 - Kasai Arashi - MilkyWay ] Burned Skin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gantz ROH RPG ::  :: RP hors-mission :: Tokyo :: Établissements Divers-