PLAYLIST DE GANTZ !


Partagez|

[A5 - Hanaki Kyou, Reika, Sakyo Jinnai, E-Emission] Retour à une réalité éphémère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Gantzer A
avatar
Sakyo Jinnai

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t219-sakyo-jinnai-valide
Nombre de messages : 1071
Pseudo : Sakyo
Surnom : Héros abandonné
Âge du personnage : 19

Fiche Technique
Points:
51/100  (51/100)
Missions:
3/6  (3/6)
Équipement/Armement: Y-Gun (+déclencheur), X-Gun, Contrôleur, Combinaison, Manteau, Masque à gaz, Talkie-Walkie, Trousse de soin dans sac à dos.

Jeu 14 Jan 2010, 14:44

Ce n'était qu'un soir, une expérience d'à peine plus d'une heure et demi... et pourtant, Sakyo en avait appris énormément sur lui même, sur toutes ces ressources inconnues dont il n'avait pas pu profiter des années plus tôt. Des ressources qui lui auraient été nécessaires avant sa mort "officielle". Même si c'était une chose passée, elle n'empêchait pas le fait qu'il aie vécu cet évènement. Qu'il se souvienne encore de cette souffrance que ne remontait qu'à quelques heures. Et encore, il avait vécu d'autres souffrances, bien que non physiques, mais il en avait certainement gardé des séquelles. Pour toujours, il se souviendrait avoir senti la vie le quitter. A quatre reprises. Il y penserait encore longtemps, jusqu'à ce qu'autre chose occupe son esprit. Et actuellement, il n'y avait qu'une seule chose qui pouvait vraiment l'obséder: c'était la mort de ses alliés et l'affront d'Antonio. Mais il y avait aussi une chose qui pouvait le libérer: c'était l'écriture.

Cela faisait une petite dizaine de minutes que le trio qu'ils avaient créé plus tôt avait quitté le bâtiment dans lequel ils étaient enfermés. A l'intérieur, il était difficile de savoir vraiment où il étaient, sinon en utilisant la Tour de Tokyo comme point de repère. Mais une fois au pied de leur "prison", cela devenait évident. Plusieurs fois, le romancier était passé par là, notamment lorsqu'il venait d'entrer à l'université et qu'il ne connaissait pas encore le chemin le plus court pour s'y rendre. Mais ils devaient aller autre part cette fois-ci: chez Kyou, le "grand manitou" comme il le disait plus tôt. Et en effet, comme il l'avait aussi dit plus tôt, il devait bel et bien vivre dans un quartier paumé...
Les rues qu'ils empruntaient étaient inconnues à l'écrivain, et il se perdait déjà à travers elle, alors qu'il vivait depuis sa naissance dans cette ville. Il est vrai, certes, que cette capitale est gigantesque... mais tout de même! Enfin, il faut aussi savoir que Sakyo ne cherchait pas vraiment à s'y retrouver, c'était un détail sans importance comparé à ce qu'il venait de subir. Et son esprit était encore complètement chamboulé par tout cela.

Cependant, ce qui l'occupait encore était un détail bien particulier, auquel il n'avait pas pensé depuis son passage dans la chambre... Qu'était-il advenu de son corps? Et qu'allait-il se passer pour ceux qui l'avaient tué? Était-il lui même une copie de son propre de corps? Une espèce de reconstitution? De "sauvegarde" puisque Gantz parlait de "données". Ou bien était-il encore en vie? Simplement soigné à son arrivée? Et dans ce cas, ses assassins avaient certainement dû voir son corps téléporté. Des questions auxquelles il ne pouvait répondre. Mais puisqu'aucune conversation n'avait alimenté leur voyage, il se permit encore une fois de passer pour "l'écrivain bavard", comme il exaspérait toujours les autres, à poser ses questions. Heureusement, cela allait payer: à la prochaine mission, il saurait tout et ce serait à son tour d'aider les nouveaux occupants de la chambre. Car c'était bel et bien son but...

"Dis moi, Kyou... Quand on est transféré dans la chambre, à notre mort je veux dire... Qu'est ce qu'il arrive à nos corps? Est-ce qu'on est simplement transférés et soignés? Ou alors est-ce comme si notre conscience était transposée dans un autre corps...? Un peu comme dans Ghost in the Shell, quoi."

Référence étonnante pour le littéraire qu'il était, mais il avait aussi beaucoup de connaissances dans les films, animes, mangas et jeux vidéo. Il était aussi un jeune adulte après tout, un simple étudiant. Son statut d'écrivain ne le rendait spécial que dans sa vocation et dans son ambition qui se démarquait un peu des autres. Quoiqu'il en soit, il espérait une réponse précise. Peut-être qu'il aurait la possibilité de trouver ses assassins... Et avec sa combinaison et son expérience... sans doute qu'il pourrait faire quelque chose...


Ce n'était pas qu'une illusion. Cette douleur, je la sentais. Et ma peau, déchirée, mes cris, étranglés, je les entendais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/

• Dieu Suprême •
avatar
Gantz.

Nombre de messages : 2433
Pseudo : Gantz
Surnom : Gantz
Âge du personnage : Des décennies...

Fiche Technique
Points:
1000/1000  (1000/1000)
Missions:
1000/1000  (1000/1000)
Équipement/Armement: Vos vies mes fidèles soldats.

Dim 17 Jan 2010, 17:15





Pas à pas, l'adolescent les conduisaient à sa demeure. Tout en progressant dans ces ruelles étroites, sombres et fraîches, il prit un moment pour songer sans s'arrêter.
Rien n'avait vraiment changé.
Pour la seconde fois, il était revenu dans cette chambre après avoir frôlé la mort du bout des doigts. En deux missions, comportant certes de nombreux handicaps, il avait été le plus chanceux et le plus miraculé de tous. Sa présence en témoignait. Fier d'être vernis, il était néanmoins bien conscient que la roue finirait bien un jour par s'arrêter sur une case noire et l'enverrait chez les damnés pour de bon. Il ne pouvait pas se reposer sur ses lauriers plus longuement, à attendre une autre mission, baigné dans l'impatience et l'insouciance. Kyou jeta un oeil par dessus son épaule pour observer ses deux congénères.

Il avait déjà pris les choses en mains en les réunissant à ses côtés. Ainsi il s'assurait à l'avenir un soutien considérable et ses chances de survie seraient accrues. Le bilan était positif, au final. Il était vivant, s'en tirait avec une superbe idole et un intellectuel. (un peu lourd avec toutes ces questions mais mieux valait ça qu'un ignare incrédule) Ce dernier ne tarda d'ailleurs pas à faire profiter à nouveau du doux timbre de sa voix interrogatrice. Continuant de marcher, Kyou réagit à la référence de l'écrivain, se tournant vers lui un instant en plissant les yeux, le dévisageant avec une moue dubitative.


" Je n'en sais foutrement rien, ça. A mon avis, nous sommes ce que nous étions avant. Ca se peut pas que tout ça ne soit qu'une Matrice, je nous vois mal enfermés dans une salle en train de pioncer, branchés à de super ordinateurs qui gèrent le décodage de nos pensées et en fait un mode collectif. Je ne dis pas que c'est impossible, juste trop bizarre. "


Il baissa les yeux pour s'observer un instant, toujours dans ce pyjama qui laissait pratiquement tout voir, surtout devant Reika. En jetant un coup d'oeil sur cette dernière, il se rappela soudain ses pulsions à son égard mais les rangea rapidement en faisant le constat qu'ils n'avaient pratiquement croisés personne depuis le début. Heureusement pour lui... il passait déjà pour un sacré dans ses quartiers, alors si on le voyait déambuler avec sa bande dans la rue, ça serait vraiment chiant. Il revint cependant à sa réflexion et en fit part au curieux de service.


" Enfin, quoiqu'on soit, je peux t'assurer que les autres vivants, tous ceux que tu as connu auparavant, te reconnaissent et peuvent encore interagir avec toi, et l'inverse marche aussi. C'est comme si Gantz n'existait pas pour eux, d'ailleurs nous repassons à l'état de " mort " lorsqu'on est en mission car personne ne nous remarque dans le monde extérieur. Par contre, vous vous rendrez bien assez vite compte que tous les dégâts que l'on fait se voient et font beaucoup parler d'eux... "


En haussant les épaules, il plongea son regard dans celui de l'idole puis celui de Sakyo.


" Vous mangez, vous respirez, vous pouvez encore vous laver, travailler... votre mort passe cependant TOTALEMENT inaperçu. Ca vous déstabilisera sûrement, parce que si on vous a vu mourir, personne ne s'en souviendra. C'est comme si rien ne s'était passé. "

Aussitôt, Kyou pensa au flic aveugle. Ce fouille-merde l'avait bien trouvé et avait annoncé des disparitions similaires, pourtant... Ses arguments n'étaient ni faux, ni corrects, ils étaient subjectifs en fonction de son expérience. Mais l'adolescent renchaîna.


" D'un côté, c'est là que la théorie de Matrix fout les jetons. Si on est bien dans un monde réel, comme on l'a toujours connu avant notre " mort ", comment c'est possible que cette grosse boule noire soit capable d'effacer notre décès de la mémoire des gens ? C'est dingue et flippant, franchement. Je me demande encore jusqu'à où va l'influence de Gantz, si on est pas dans un plan parallèle une connerie comme ça, ou une sorte de jeu. Dans tous les cas, ça ne change rien à ce que l'on ressent, tout est comme avant... tout. "


Tout, ou presque. L'adrénaline ne se trouvait plus aussi facilement. L'excitation du jeu, de la traque, du combat, tout ça, Gantz s'en était emparé et devenait une addiction... pour Kyou en tout cas. Pour certains, c'était l'horreur, pour d'autres, c'était le pied. Furtivement, l'androgyne posa ses yeux émeraude dans ceux de Reika, l'observant malicieusement et avec une certaine empathie. Elle semblait vraiment frêle et perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Reika

Nombre de messages : 347
Pseudo : Meadow.
Surnom : Forte Poitrine
Âge du personnage : 17 - 18 ans à priori

Fiche Technique
Points:
7/100  (7/100)
Missions:
1/4  (1/4)
Équipement/Armement: Combinaison & X-Gun

Dim 17 Jan 2010, 18:58

Une nuit plutôt tiède, qui paraissait pourtant glaciale pour Reika.
La demoiselle suivait docilement ses deux congénères de cette pièce vide, où trônait une boule obscure. Elle se sentait vide, complètement incapable de ressentir une quelconque émotion. Elle se sentait perdue, fragile, complètement vulnérable à ce monde si sanglant. Elle, qui depuis toujours vivait dans les bras des autres, était toujours chérie et couvée par les gens, s’était retrouvée dans une combinaison digne d’un film douteux à tirer des rayons invisible sur des créatures belliqueuses, à l’ardant désir d’arracher la tête de la jeune fille.
Elle ne réalisait toujours pas qu’elle avait titubé sur un champ de bataille jusqu’au corps de Kyou, pour tenter de survivre avec lui.
Paradoxalement, il semblait imposer volontairement une certaine distance avec elle. Pourtant, cet instant les avaient incontestablement rapprochés, unis dans une solidarité, un besoin de survivre. Reika avait pourtant l’impression d’être à présent seule à ressentir cette sensation, à se rappeler de ce moment. Elle l’avait peut-être rêvé, après tout.

Sakyo et Kyou entretenaient une conversation tout le long du trajet. L’idole les écoutaient seulement d’une oreille, son esprit était encore trop ailleurs pour se concentrer totalement sur autre chose. Cependant, elle capta quand même qu’apparemment, ils étaient toujours « en vie ». C’était un bien grand mot à présent. Leur vie restait la même, ainsi que leurs amis, leur famille. Ces derniers devraient complètement oublier la mort de leur proche.
La demoiselle avait du mal à croire à tout ça. Mentalement, elle poussa un soupir interminable. Démoralisée, cette descente brutale à la vie réelle l’avait sacrément secouée. Elle n’était pas du genre à faire des caprices ou à exiger beaucoup, mais elle se sentait rapidement perdue, sans repères et épaules où s’appuyer.

Déstabilisée par le regard intense du beau Kyou, l’idole manqua de nombreuses fois de trébucher. Elle sentait le rouge lui monter aux joues, et ses lèvres se tordent dans un sourire niais. D’une petite voix, elle osa finalement prendre la parole.


    « Ça veut dire que … On reprend chacun notre vie quotidienne ? Qu’il n’y a aucun changement ? »

Honnêtement, Reika se voyait mal aller le lendemain à son lieu de travail après cette soirée. Elle ne voyait plus du tout les choses pareilles, et rien qu’à l’idée de remettre les pieds dans sa somptueuse villa ou dans ses séances shooting, elle se sentait extrêmement mal à l’aise.


« You, you give me something,
Something that nobody else has got !
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Sakyo Jinnai

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t219-sakyo-jinnai-valide
Nombre de messages : 1071
Pseudo : Sakyo
Surnom : Héros abandonné
Âge du personnage : 19

Fiche Technique
Points:
51/100  (51/100)
Missions:
3/6  (3/6)
Équipement/Armement: Y-Gun (+déclencheur), X-Gun, Contrôleur, Combinaison, Manteau, Masque à gaz, Talkie-Walkie, Trousse de soin dans sac à dos.

Dim 17 Jan 2010, 19:46

Sakyo avait écouté attentivement tout le discours de Kyou. Des avis quant à l'idée de corps synthétiques, de "matrice"... au final, l'écrivain était rassuré de savoir que tout recommencerait comme avant pour lui. Il n'avait donc rien à craindre des yakuzas qui l'avaient tué. Cependant, Reika ne semblait pas du tout voir les choses dans le même angle. C'était normal après tout, surtout pour elle. Elle venait de mourir, de tuer (comme l'avait indiqué la sphère) et elle était obligée de retourner vers son quotidien déjà éprouvant de starlette. Sakyo n'avait pas ce problème: l'université, il s'y était déjà beaucoup investi, mais il pouvait faire la part des choses et privilégier sa vie plutôt que ses compétences et sa culture littéraire. Quant à Kyou, il semblait ne pas s'inquiéter de tout cela. Enfin, après tout, il avait déjà plus d'expérience que ses deux nouveaux acolytes.

Mais c'est alors que le romancier repensa plus sérieusement à la situation de sa mort... Certes, les yakuzas ne se souviendraient de rien... et il en serait de même pour Mariko... Cependant, la jeune fille était accompagnée par lui-même. Et Isao les avait vus partir ensemble.
Voilà en quoi cela allait se conclure: Sakyo avait raccompagné Mariko et, on ne sait comment, l'aurait fait disparaître. C'était le pire, oui. Le pire qu'il pouvait imaginer. Plus que la crainte du retour des yakuzas, on allait peut-être l'accuser du meurtre de celle qu'il voulait protéger depuis le début. Oui, on s'interrogerait sur l'absence de la petite fille, et tout allait mener à lui. On ne saurait rien sur la mort de Manatami, mais au final, on trouverait un coupable de sa disparition. Un coupable tout trouvé, qui n'aurait pour se défendre que l'histoire excentrique d'une boule commandant une armée d'hommes aux combinaisons futuristes.


"Oh non... Je vais avoir des problèmes... Kyou, Reika... Je suis mort aux côtés de Mariko. Et on m'a vu pour la dernière fois avec elle..."

Quelle ironie... Il serait mort tué par des criminels, il aurait été le meurtrier d'aliens et ainsi, des policiers viendraient ensuite le cueillir dans sa maison. D'un côté, il savait qu'on ne pourrait pas trouver de preuves l'inculpant de meurtre ou quoique ce soit d'autre. En vérité, il n'avait pas peur des policiers eux-mêmes, mais plutôt de l'enchaînement de problèmes que cela apporteraient. Il pourraient fouiller son appartement, trouver la combinaison et l'arme... à ce moment, seul Gantz déciderait de ce qui allait se passer. Au mieux, s'il ne mourrait pas, il serait sans doute en cellule... séparé de sa combinaison... Et alors, lorsqu'il serait appelé dans la chambre, il n'aurait rien, hormis le peu d'expérience acquise. Et même s'il réussissait cette mission, il ne pourrait jamais récupérer ni son arme, ni sa combinaison, à moins d'infiltrer le commissariat concerné.
Enfin... c'était imaginer beaucoup de choses qui n'étaient pas encore arrivées, mais elles étaient plausibles, certainement... Un énorme sentiment de vulnérabilité l'envahit, et il commença à respirer de plus en plus fort, les larmes aux yeux, comme s'il était déjà condamné...


Ce n'était pas qu'une illusion. Cette douleur, je la sentais. Et ma peau, déchirée, mes cris, étranglés, je les entendais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/

• Dieu Suprême •
avatar
Gantz.

Nombre de messages : 2433
Pseudo : Gantz
Surnom : Gantz
Âge du personnage : Des décennies...

Fiche Technique
Points:
1000/1000  (1000/1000)
Missions:
1000/1000  (1000/1000)
Équipement/Armement: Vos vies mes fidèles soldats.

Dim 17 Jan 2010, 20:26





Attentif aux interrogations de ses pairs, Kyou se montra réceptif. Lorsque Reika l'interrogea, il répondit favorablement à sa question en lui accordant un hochement de tête positif, l'air pensif cependant.

Il ne mentait pas en répondant par l'affirmative... la vie restait ce qu'elle était, en théorie. Ils seraient juste contraints tous trois de retourner à un moment ou un autre à chasser des créatures inter-planétaires, et ce sans raisons apparentes, qui plus est au risque de perdre à nouveau la vie à laquelle ils semblaient tous s'accrocher. Leur avancée avait ralentie, sans doute parce que le discours les faisaient réfléchir et la cadence de marche se voyait alors moins soutenue.
C'est alors que l'écrivain fit de nouveau parler de lui, cette fois pour révéler un fait embêtant. En entendant la confession de Sakyo, Kyou lâcha un terrible juron et secouant la tête de droite à gauche nerveusement, s'arrêtant soudain de marcher pour se tourner vers lui en soupirant. Il braqua son regard émeraude sur son coéquipier, le jugeant visiblement, d'abord silencieux.

En réalité, il songeait à ce qui pourrait se passer si d'autres flics comme l'autre louche qui était venu chez lui pourraient débarquer et démanteler leur groupe, les laissant ainsi démunis face à la perte d'un élément précieux. L'idée lui déplaisait, et ça craignait autour pour lui que pour eux. Le fait même d'imaginer que des collègues du poulet aveugle puissent se ramener et faire une opération commando chez lui... ça lui foutait un peu les jetons. Mais il chassa cette pensée de son esprit et se concentra de nouveau sur Sakyo. S'il restait chez lui, il pourrait se faire arrêter assez vite, si la disparition de cette Mariko (Kyou mit un temps considérable avant que son adorable minois ne lui revienne en tête – dommage qu'elle soit morte) venait à être rapidement remarquée, il se retrouverait en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire derrière les barreaux... Mais qu'est-ce qu'il fichait avec cette fille ? Sans le quitter des yeux, Kyou espéra que Sakyo n'était pas du genre à porter la poisse car son histoire paraissait appartenir à la catégorie des gens dits malchanceux.
Humain malgré tout, Kyou s'avança vers son compagnon et le gratifia d'une claque sur l'épaule afin de le rassurer, puis il s'exprima à ce sujet d'une voix calme et posée.


" Ressaisis-toi mon gars... Rien n'est fait. Bon, on reparlera de tout ça chez moi, au chaud en matant un bon film po... [il s'arrêta à temps en se rappelant que Reika était là]non rien ! on est plus très loin de toute façon. "


Il profiterait de la courte distance pour réfléchir à plusieurs alternatives. La situation se corsait tout de même. Tranquillement, Kyou reprit le chemin pour les guider. Il ne restait plus qu'une rue à traverser, puis ils déboucheraient sur un cul-de-sac encastré entre plusieurs cours vides et quelques arbres miteux et ils y seraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Reika

Nombre de messages : 347
Pseudo : Meadow.
Surnom : Forte Poitrine
Âge du personnage : 17 - 18 ans à priori

Fiche Technique
Points:
7/100  (7/100)
Missions:
1/4  (1/4)
Équipement/Armement: Combinaison & X-Gun

Lun 18 Jan 2010, 15:54

Soudain, Sakyo sembla comme frappé par la foudre. Il bégaya, d’un air terrorisée qu’il avait été vu juste avant sa mort avec la dite Mariko. Etrangement, Reika n’avait aucun souvenir concernant cette demoiselle.
L’idole ressentit comme des aiguilles dans son ventre. La tension la gagna elle aussi rapidement, partageant l’angoisse qu’éprouvait le jeune homme.
Après un silence plutôt pesant, Kyou gratifia son compagnon d’une claque amicale, le rassurant vainement. Esquissant un sourire, la demoiselle se demanda si elle aussi elle ne risquait pas des problèmes similaires. Heureusement non, elle avait juste été écrasée par un camion. D’ailleurs, le chauffeur de celui-ci aurait sans doute pu devenir célèbre : il aurait écrasé l’idole incontestée de tout un pays.

Reika commençait à ne plus trop sentir ses jambes. La gravité lui semblait étrangement beaucoup plus puissante sur elle. À pouvoir bondir comme une gazelle dans sa combinaison, il n’était pas étrange de ressentir des sensations déjà un peu plus humaines.
Curieuse, elle se demandait quand même à quoi pouvait bien ressembler le logis de Kyou. Il fallait avouer qu’elle était sacrément impatiente d’y arriver. Le teint rosi, elle se sentait une fois de plus sourire béatement. Décidément, était-elle aussi faible que ça pour fondre littéralement devant ce beau garçon ? Soyons honnête, il fallait avoir un cœur de pierre pour résister à son charme fou.

    « Mais … Cette Mariko, elle est morte, et aussi dans la… elle hésita un instant sur le mot, Mission, non ? Ça veut dire qu’à elle aussi, on a oublié sa mort ? »

Question un peu idiote, mais qui troubla tout de même la nippone. Après tout, si tout le monde l’avait oubliée (aussi triste que ça puisse être), Sakyo ne craignait plus rien.

Si les dégâts matériaux qu’ils faisaient pendant les missions étaient visibles, il devait y avoir plus d’une personne à qui ça éveillerait des soupçons. Des immeubles détruits et des voitures retournées en pleine nuit, sans aucune trace d’un quelconque individu, on ne croisait pas vraiment ça tous les jours.


« You, you give me something,
Something that nobody else has got !
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Sakyo Jinnai

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t219-sakyo-jinnai-valide
Nombre de messages : 1071
Pseudo : Sakyo
Surnom : Héros abandonné
Âge du personnage : 19

Fiche Technique
Points:
51/100  (51/100)
Missions:
3/6  (3/6)
Équipement/Armement: Y-Gun (+déclencheur), X-Gun, Contrôleur, Combinaison, Manteau, Masque à gaz, Talkie-Walkie, Trousse de soin dans sac à dos.

Mar 19 Jan 2010, 08:34

Le première réaction de Kyou était compréhensible... son juron résumait tout ce qu'imaginait Sakyo, qu'il était dans un bien plus qu'un simple embarras et même qu'il aurait du mal à s'en sortir... Mais il s'était aussi montré pensif. Cela se voyait qu'il essayait de trouver un moyen d'arranger les choses, et l'écrivain se félicitait grandement d'avoir acquis un allié d'une telle qualité. Cependant, il savait bien qu'ils étaient tous concernés. Si les choses étaient arrivées autrement, peut-être que le jeune androgyne ne se serait pas montré aussi attentif.
Mais il ne fallait pas se poser de telles questions: ils vivaient le moment présent, et même si leurs morts étaient arrivées plus tôt, ce n'était pas tout à fait comme s'il pouvaient se permettre de repenser au passé, comme toujours, et encore une fois pour le romancier de rajouter ces "et si" qui auraient rendue cette "mission" (ou plutôt ce jeu, selon le point de vue de Gantz et la structure de l'évènement) parfaite.

Kyou n'était pas le seul à avoir montré son mécontentement. Après avoir vainement tenté de rassurer son coéquipier par une claque derrière l'épaule et une plaisanterie salace, Reika prit la parole à son tour, bégayant, comme toujours, mais plus intensément cette fois-ci. Et ce fut pour évoquer une supposition quant à la mort de la petite Mariko... Elle avait raison: certes, on avait oublié sa mort, mais certainement pas son existence. Après tout, si le policier de la chambre avait réussi à mener une enquête et constituer ce dossier, il devait forcément y avoir des restes parmi quelques personnes "réellement vivantes"...
Dans tous les cas, Sakyo arrivait de moins en moins à se consoler de la mort de Mariko. Et puis, il y avait toujours l'aveugle et Saki en particulier. Et maintenant il se rendait compte que ne pas avoir su protéger une innocente allait le mener vers un destin bien plus pessimiste... Sans doute était-ce le karma. Pourtant, jamais il n'avait voulu le mal de qui que ce soit d'humain (hormis peut-être Antonio). Lui qui avait tant de valeurs allait se retrouver ironiquement sur le chemin de la justice, si l'on peut dire que c'en est une...


"On oubliera sa mort, mais certainement pas son existence... On va la chercher, et on me trouvera à sa place."

Dans son esprit, l'arrivée de policier dans son appartement semblait devenir une chose inéluctable. Alors il se tissait plusieurs scénarios. Comment arriveraient-ils? Si c'était de façon pacifique, sans doute qu'il prétexterait le fait qu'il doive s'habiller... Alors il enfilerait la combinaison et deviendrait un "fugitif". S'ils devaient arriver telle une opération commando, la combinaison lui serait d'office nécessaire... En fait, il n'avait pas le choix: il devrait certainement fuir dans tous les cas et avoir la combinaison pour être sûr de survivre à la prochaine mission.
Mais ils arrivèrent finalement dans un cul de sac. Plusieurs cours vides avec des arbres presque comparables à ceux que l'on trouve dans les films d'horreur tant ils étaient dépourvus de feuilles et tortueux. Il était clair que ce ne seraient pas des médias qui viendraient ici imaginant que le grande Reika aurait de nouvelles fréquentation... ou alors, si c'était le cas, on trouverait des déformations et des amplifications disant que la starlette se rend régulièrement chez un dealer dans un quartier malfamé.


"Eh ben... en effet, ce n'est pas ici que des médias vont venir s'aventurer! Même des flics, je suppose!"

Et oui, même des flics, disait-il. C'était un endroit assez glauque selon lui, notamment à cause de ces arbres. Enfin, il faut dire que toutes ses références littéraires lui laissent imaginer trop souvent trop de choses. Déjà, petit, lorsqu'il voyait un chien, il se disait toujours qu'il devait y avoir un yokaï dans son corps matériel...


Ce n'était pas qu'une illusion. Cette douleur, je la sentais. Et ma peau, déchirée, mes cris, étranglés, je les entendais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/

• Dieu Suprême •
avatar
Gantz.

Nombre de messages : 2433
Pseudo : Gantz
Surnom : Gantz
Âge du personnage : Des décennies...

Fiche Technique
Points:
1000/1000  (1000/1000)
Missions:
1000/1000  (1000/1000)
Équipement/Armement: Vos vies mes fidèles soldats.

Mar 19 Jan 2010, 12:26







Enfin, ils arrivèrent devant sa maison.
Kyou fut le premier à s'arrêter devant l'étrange bâtisse à un étage, une lugubre demeure gardant un style ancien (comparable au manoir de Fatal Frame) typiquement Japonais. La façade éclairée par la lumière terne de la lune reflétait les ombres inquiétantes des nombreux arbres aux branches griffues qui entouraient l'endroit. Peu éloignée des autres structures du quartier, la maison avait cependant une aura bien à elle, sordide et sombre en apparence, paraissant isolée du reste de la rue, comme si l'entrée de la cour marquait la route menant vers la campagne Japonaise.

La remarque de Sakyo fit réagir Kyou immédiatement. Il avait bien conscience qu'à première vue, son habitat naturel pouvait être vraiment terrifiant voire repoussant, mais tout de même ! En plissant les yeux, il se tourna vers l'écrivain angoissé.

" Eh oh ! Fais gaffe où je t'enferme dans le grenier avec les mauvais esprits. "

Certain que ces deux-là avaient une imagination débordante, sûrement cultivée durant la mission traumatisante qu'ils venaient d'essuyer, il était sûr de l'effet qu'il venait de balancer. Difficile de ne pas prendre au sérieux sa remarque devant une telle demeure.
Le propriétaire des lieux fit quelques pas, s'attardant sur sa maison en l'observant un moment tout en marchant, ce qu'il n'avait jamais l'habitude de faire en temps normal, car elle ne l'intéressait pas. On sentait, même sans être abonné à toutes ces balivernes sur le karma et le spiritisme, qu'il s'y était passé des choses et que les murs qui avaient supportés ces événements en son sein s'étaient vus marqués dans le temps. Tout en s'approchant de l'entrée, il poussa un soupire inaudible et songea à la situation de ses deux compagnons. L'un était sûr d'avoir tôt ou tard affaire à la police, l'autre de reprendre sa vie de star comme si rien ne s'était jamais passé auparavant... C'était embêtant, car même Kyou était certain d'avoir un jour de nouveau affaire à des amis du flic à la canne, si tant est qu'un mec pareil pouvait avoir des amis quelque part. Ils étaient tous trois dans la mouise, mais il pourrait au moins aider Sakyo dans son embarras. Il pensa simplement à ses soeurs, ses trois soeurs. Elles poseraient problème. Mais pour le moment, elles n'étaient pas à la maison, sûrement en cours donc aucune raison de s'en soucier.

Pourtant, la première chose qu'il fit, ce fut de s'asseoir sur ce banc glacé, faisant face à ses deux visiteurs, il ferma les yeux et enfila les mains dans les poches de son pyjama.

" Bienvenue chez moi. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Reika

Nombre de messages : 347
Pseudo : Meadow.
Surnom : Forte Poitrine
Âge du personnage : 17 - 18 ans à priori

Fiche Technique
Points:
7/100  (7/100)
Missions:
1/4  (1/4)
Équipement/Armement: Combinaison & X-Gun

Mar 19 Jan 2010, 16:04

Enfin, les trois compagnons finirent par atteindre leur destination. Pour sûr, Reika s’imaginait autre chose que ça.
Cette bâtisse plongée dans l’obscurité effaça instantanément son sourire béat. Elle observa avec des yeux ronds la façade presque délabrée, sans omettre le moindre commentaire. Elle avait comme la sensation que des choses pas très enviables s’étaient passées ici. Le cœur serré, elle tourna son regard vers Kyou. Même dans cette pénombre, cette atmosphère lugubre, elle le trouvait toujours aussi beau, et se sentait toujours autant attirée par lui. C’était quand elle contemplait son visage, qu’elle buvait ses paroles et qu’elle rougissait de ses plaisanteries qu’elle arrivait à oublier la précédente déclaration sulfureuse de son manager. Elle était sensée être morte, et devait plutôt se réjouir de pouvoir encore vivre. Cependant, elle aurait préférer sombrer dans ce sommeil éternel : au moins elle ne serait pas remplie de remords et de tristesse comme maintenant.
Elle ne s’était jamais posée la question avant, mais oui, elle se sentait malheureuse. Elle pouvait faire n’importe quel caprice, on le lui réaliserait en quelques instants. Elle pouvait tout avoir, absolument tout. Il n’y avait aucune limite. L’attente insupportable, la frustration de ne pas pouvoir avoir ce qu’on veut, elle n’avait jamais connu ça. Etrangement, elle le regrettait. Elle se sentait vide, comme tous ces plaisirs, ces cadeaux, ce luxe l’écœurait soudainement. Elle ne se sentait pas à sa place dans cette ruelle. Kyou devait sans doute être dégouté d’avoir une telle personne à inviter chez lui. Peut-être devait-il se dire qu’elle trouverait cet endroit à vomir, que de toute manière tout n’était pas assez bien pour cette petit starlette.

Une boule se forma dans sa gorge, qui fit baisser le regard de Reika au sol. Elle se sentait soudainement écœurante, voilà tout. Petit idole d’un pays dont elle ne connaissait même pas un petit bout de son histoire, complètement inculte à toute cette société qui l’entourait, et aux autres pays d’ailleurs. Aux autres endroits, qui devaient regorger d’une civilisation complètement étrangère, de tradition, d’une histoire et d’une culture sans égal.
Depuis combien de temps ignorait-elle tout ce qui l’entourait ? L’idole se pensait bête comme ses pieds soudainement. Les autres personnes de la chambres lui semblaient dotés d’une intelligence divine … Particulièrement Kyou, une fois de plus.
De même lorsqu’elle écoutait parler Sakyo, qui était irrévocablement fin d’esprit, et perspicace. Comme lassée d’elle même, elle observa son coup de foudre se poser sur un banc, et leur souhaiter la bienvenue chez lui.

    « Merci Kyou … »

Lâcha-t-elle doucement. Elle était assez impatiente de découvrir l’intérieur. L’idée de voir la chambre de Kyou lui fit des petites étincelles dans le ventre, malgré qu’elle fut terrorisée par la plaisanterie sur les esprits qu’il avait fait auparavant…


« You, you give me something,
Something that nobody else has got !
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Sakyo Jinnai

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t219-sakyo-jinnai-valide
Nombre de messages : 1071
Pseudo : Sakyo
Surnom : Héros abandonné
Âge du personnage : 19

Fiche Technique
Points:
51/100  (51/100)
Missions:
3/6  (3/6)
Équipement/Armement: Y-Gun (+déclencheur), X-Gun, Contrôleur, Combinaison, Manteau, Masque à gaz, Talkie-Walkie, Trousse de soin dans sac à dos.

Mer 20 Jan 2010, 14:56

Certes, c'était un lieu d'habitation plutôt glauque qui aurait pu aller de pair avec les créatures qu'ils avaient combattues plus tôt. Mais c'était malgré tout là où vivait l'un d'entre eux. Et Sakyo le comprenait: ce qu'il venait de vivre, ajouté à l'ambiance du lieu et l'obscurité de la nuit créait une véritable scène de film d'horreur. La maison de Kyou était terrifiante, et cela même si le romancier avouait y trouver un certain "cliché" de la maison japonaise traditionnelle hantée.
Et c'était une chose assez étonnante d'ailleurs, qu'une telle maison se trouve dans une capitale comme Tokyo. Notamment, le toit de pagode y ajoutait une caractéristique bien spéciale, comme on en trouvait vraiment trop peu dans cette ville. Mais c'était une architecture que Sakyo aimait: elle était à l'image de ses romans fantastiques, fantaisiste.

L'androgyne avait tout de même répondu à la réflexion de l'écrivain. Oui, c'était un endroit glauque, mais c'était surtout chez lui. Et sans doute que si le jour s'était levé et que les arbres étaient fleuris, cet endroit serait devenu à l'image des jardins dans temples bouddhistes, aussi magnifiques que l'histoire et la sérénité que l'on pouvait trouver en leur sein. Mais Sakyo semblait avoir tout de même déplu à son ami. Aussi, malgré l'ironie perceptible de sa réponse, il s'excusa en riant.


"Ah! Je plaisantais, ne t'inquiète pas!"

Et pourtant, même s'il en eut ri un instant, l'idée de croiser fantômes et esprits lui fit froid dans le dos. Pendant un moment, il imagina même retrouver les créatures de la mission dans ses cauchemars, alimentés par le lugubre endroit et la peur des deux nouveaux venus. Car Reika aussi semblait mal à l'aise. Au moins, savoir que ce sentiment était partagé fit plaisir à l'auteur qui avança vers Kyou, qui s'était assis sur un banc de la cour, non loin devant l'entrée. Pourquoi n'étaient-ils toujours pas entrés?
Sakyo répondit lui même à cette question en supposant ce qu'il y avait de plus logique. Kyou semblait plus jeune, sûrement plus loin du statut d'étudiant. Aussi, avoir les moyens de vivre dans un aussi grand manoir, aussi inquiétant soit-il, lui reviendrait terriblement cher... Il devait être en colocation, ou alors il vivait chez ses parents. Dans tous les cas, peut-être qu'ils apporteraient quelques interrogations. Enfin, surtout Reika... L'idéal aurait été qu'elle soit méconnue... Enfin, avoir terminée cette mission durant la nuit apportait quelques avantages, c'était déjà cela. En plein jour, ils n'auraient peut-être même pas pu parcourir tout ce chemin jusque chez lui.


"Dis moi, Kyou, d'autres personnes vivent chez toi? On pourrait éveiller des soupçons... surtout Reika, non?"

Malgré tout, il avait hâte d'entrer. Mais il fallait espérer que ses colocataires ou sa famille, s'ils les voyaient, seraient suffisamment complices avec l'adolescent pour bien vouloir garder une telle venue secrète. Mais cela relevait peut-être du fantasme...


Ce n'était pas qu'une illusion. Cette douleur, je la sentais. Et ma peau, déchirée, mes cris, étranglés, je les entendais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/

• Dieu Suprême •
avatar
Gantz.

Nombre de messages : 2433
Pseudo : Gantz
Surnom : Gantz
Âge du personnage : Des décennies...

Fiche Technique
Points:
1000/1000  (1000/1000)
Missions:
1000/1000  (1000/1000)
Équipement/Armement: Vos vies mes fidèles soldats.

Mer 20 Jan 2010, 15:30





L'air froid de la nuit siffla, se faufilant entre les arbres décharnés pour venir caresser la chevelure lisse du propriétaire des lieux. L'atmosphère était toujours tendue suite à la découverte de la façade, mais les excuses et les remerciements balbutiés suffirent à détendre cette tension ambiante. Les yeux semi-clos, Kyou écouta d'une oreille discrète la nouvelle et énième question posée par son compagnon masculin. Question fatidique, évidemment.

Dans un soupire inaudible, il ouvrit ses paupières complètement et redressa lentement son visage juvénile mais qui, sous le couvert de la lune, gagnait beaucoup en maturité, en direction de son interlocuteur. Calmement, il répondit à son interrogation, d'une façon si laxiste qu'il semblait n'y avoir personne dans cette fameuse demeure.


" Je vis pratiquement seul ici. J'ai trois soeurs, mais elles sortent souvent et s'envoient sûrement en l'air n'importe où. Elles rentrent de plus en plus rarement d'ailleurs." dit-il en haussant les épaules, un peu las.


Il appréciait cependant cette solitude, le fait d'être le véritable seul habitant de cette humble maison. En quelque sorte, cela pouvait paraître déprimant, et sa situation ne semblait nullement enviable mais elle ne lui posait aucun problème, bien au contraire. N'ayant pas terminé de formuler sa réponse, il reprit en fixant la porte d'entrée par dessus son épaule.


" Ne vous inquiétez pas, on ne sera pas dérangés... Sauf peut-être par les Akumas ? "


Il manqua de s'esclaffer de rire cette fois, car il jouait avec leurs nerfs avec de pareils sous-entendus. Mais bon, c'était sa manière bien à lui de détendre un peu l'ambiance, histoire qu'ils soient tous deux un peu moins effrayés par son habitat. Soudain, il se leva silencieusement et fit quelques pas lents pour se diriger vers le palier, conscient que ses hôtes avaient hâtes de voir si l'intérieur valait l'extérieur, ou l'inverse. En quelques mouvements, il arriva sur le seuil de la porte qu'il poussa sans même avoir à la déverrouiller, le quartier était trop sûr et la maison trop éloignée et effrayante pour être la cible de cambriolages... un avantage dans une société aussi superstitieuse ou les histoires d'esprits vengeurs sont sujets quotidiens et légions.
Kyou se tenait désormais à l'entrée de son couloir plongé dans l'obscurité, tenant d'une main la porte en bois qui s'ouvrit sans grincements crispants, juste dans un silence respectueux. Tourné vers ses visiteurs, il les invita cordialement avant de s'aventurer dans son habitant.


" Entrez. "


Ainsi, la silhouette de l'adolescent s'engouffra dans la pénombre du long couloir menant à un escalier bifurquant lentement sur la gauche. Le long de l'allée au parquet boisé et fraîchement lavé, il y avait quatre entrées aux portes coulissantes atypiques et bien entretenues, dont une seule était entrouverte – le salon. Il passa la chaussée réservée au dépôt des chaussures, ses pieds nus entrant en contact avec le sol tiède. Sans s'attarder dans l'endroit, Kyou profita un instant des couleurs ternes et glaciales de cette pénombre sordide, levant la tête vers les escaliers, semblant guetter le moindre son. Il tentait de repérer les lattes d'un matelas trop usagé mais encore utilisable, mais rien. Ils étaient définitivement seuls... Enfin, ils... L'androgyne jeta un autre coup d'oeil par dessus son épaule pour vérifier qu'ils avaient bien suivis. Sans leur donner d'ordre particulier, il les attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Reika

Nombre de messages : 347
Pseudo : Meadow.
Surnom : Forte Poitrine
Âge du personnage : 17 - 18 ans à priori

Fiche Technique
Points:
7/100  (7/100)
Missions:
1/4  (1/4)
Équipement/Armement: Combinaison & X-Gun

Mer 20 Jan 2010, 19:24

Dans le froid et l’ombre, Reika restait immobile à observer la porte d’entrée. L’air rêveuse, elle n’arrêtait pas de se tourmenter avec son manager, et la vie quotidienne qu’elle devrait reprendre demain. Elle n’en avait absolument aucune envie.

Elle revint à la réalité par une nouvelle réplique cinglante de Kyou, qui la fit rire jaune. L’expression pince sans rire de ce dernier glaça le dos de la demoiselle, s’imaginant déjà les pires créatures démoniaques qui pouvaient habiter cette maison.
Ainsi, il avait trois sœurs. Pour le coup, il devait s’y connaître en fille. Pas étonnant qu’il ai toujours cette attitude charmeuse, et que d’après la regrettée Saki, il en avait connu bien plus d’une dans son lit. Une fois de plus, Reika se sentit toute petite face à lui. Ses expériences sexuelles à elle se comptaient sur les doigts d’une seule main (il fallait dire que son métier ne lui permettait pas vraiment d’avoir des relations libres comme ça), et la majorité était grandement décevante. Pas la moindre once de plaisir, quelques rares gémissements lâchés de temps à autres et le regard rivé sur le réveil pour savoir combien de temps à tenir encore …

    * Ah, mais il ne faut pas que je pense à ça moi ! *

L’idole se maudissait intérieurement de pouvoir étudier un tel sujet dans une situation telle quelle. En plus, c’était plutôt gênant de penser à ça, sachant que Kyou n’était pas loin.

L’androgyne ouvrit d’un geste calme la porte coulissante de sa demeure. Celle-ci ne fit aucun bruit, au contraire elle laissa s’instaurer un silence plutôt pesant.
On avait une vue directe dans un long couloir obscure, dont on arrivait à peine à distinguer les murs ou le plancher. Elle prit une courte inspiration et s’engagea à son tour dans la maison, prenant soin de déposer ses pieds déchaussés sur le parquet lisse. À l’aveuglette, elle reproduit le trajet fait précédemment par Kyou, suivant ses bruits de pas. Elle tourna rapidement la tête pour inciter Sakyo à venir avec eux, bien qu’elle n’avait aucune idée d’où est-ce qu’ils pouvaient bien aller dans cette maison.

Reika sentait l’odeur corporelle de son partenaire, qui embaumait la maison. Elle sentit son cœur s’alléger, et huma discrètement ce parfum boisé.


« You, you give me something,
Something that nobody else has got !
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Sakyo Jinnai

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t219-sakyo-jinnai-valide
Nombre de messages : 1071
Pseudo : Sakyo
Surnom : Héros abandonné
Âge du personnage : 19

Fiche Technique
Points:
51/100  (51/100)
Missions:
3/6  (3/6)
Équipement/Armement: Y-Gun (+déclencheur), X-Gun, Contrôleur, Combinaison, Manteau, Masque à gaz, Talkie-Walkie, Trousse de soin dans sac à dos.

Jeu 21 Jan 2010, 00:03

La réponse de Kyou fut particulièrement laxiste. Ce n'était pas elle-même qui le semblait, mais plutôt son ton. Certes, il était étonnant de voir à quel point il se fichait de la réputation de ses sœurs, mais il était encore plus étrange de voir à quel point il semblait presque s'en ficher. Mais même Sakyo ne pouvait pas porter de jugements à ce propos. Après tout, lui même avait été absolument heureux de quitter sa famille pour vivre seul dans son appartement. Et même qu'il ne les avait pas contactés depuis le début de sa première année en université. Quant à ses "amis", il ne leur parlait plus depuis sa dépression concernant son manque d'inspiration. Ce qu'il vivait d'ailleurs était comme une renaissance, ironiquement.
Il était mort, puis redevenu vivant. Et à présent, il tissait des liens nouveaux, bons (ou mauvais, malheureusement, depuis son altercation avec l'européen). Et cela, il le vivait absolument bien. Très vite, il se sentit détendu, comme s'il connaissait ces personnes là depuis toujours, alors qu'elles ne s'étaient réellement parlées que depuis quelques heures. Sans doute que ce qu'ils avaient vécu ensemble forgeait quelque chose de plus puissant...

Et comme s'il connaissait justement ces personnes là, il remarqua de plus en plus facilement l'attirance qu'avait Reika pour Kyou. Ce qui n'était qu'une supposition dans la chambre était presque confirmé avec toutes ses hésitations dans ses paroles et ses teintes comparables à toutes sortes de fruits exotiques! Et encore une fois, Kyou plaisanta en ajoutant la présence de présumés démons dans sa demeure! Ce fut peut-être cette dernière blague qui marqua son envie de complicité chez le romancier. Aussi, alors qu'il était effrayé tout à l'heure, il ria en laissant son interlocuteur lui ouvrir la porte, tandis que Reika, elle avait clairement l'air dérangée.

La starlette entra en première - règle de galanterie oblige - plutôt lentement et silencieusement. Malgré tout, Sakyo s'étonna de remarquer que le parquet ne faisait aucun bruit spécifique, de même pour la porte qui était coulissante. Mais il faisait toujours aussi sombre... c'était cela qui dérangeait tout de même l'écrivain. Aussi, il se fit attendre un instant avant de s'engager dans l'imperceptible vestibule où se trouvaient ses acolytes.
Pas vraiment habitué à l'obscurité, ses yeux, bien que spéciaux par leurs couleurs finirent par se perdre dans le noir, et il dût utiliser tendre les mains pour éviter de percuter des meubles peut-être existants, d'autant plus que sa visibilité était déjà réduite malgré le port de ses lunettes.


*Oh! Seigneur Dieu!*

C'est alors que soudain... un accident à la fois tragique, comique et sexy prit place! Ses deux mains se collèrent, comme attirées par un étrange magnétisme, à la poitrine de Reika! Une seconde passa, et si la lumière avait découvert le visage du jeune homme, l'on aurait pu voir l'évolution d'un visage à l'air interrogatif... puis heureux... et soudainement gêné par l'absurdité de la situation, troquant son teint d'aspirine avec celui d'une véritable pivoine!

"Je... je suis vraiment désolé Reika! Je... je ne voyais rien! Désolé! Désolé! Je suis complètement b...bi...bigleux dans le noir!"

Sursautant, retirant immédiatement ses mains pour se blesser lui même en introduisant accidentellement son auriculaire dans l'œil, il s'en fallut de peu avant qu'il ne trébuche en arrière et détruise la porte coulissante! Oui, dans une aussi grande obscurité, il n'était capable de rien. A l'intérieur, pas même la lune pouvait éclairer quoique ce soit. De plus en plus gêné, mais tout de même amusé par la situation, un rire nerveux superposa sa voix, qui quémanda à Kyou de faire quelque chose.


"Bon sang, Kyou! Je veux bien imaginer qu'il y aie des esprits chez toi, mais ne me fait pas croire que tu n'as pas l'électricité!"


Ce n'était pas qu'une illusion. Cette douleur, je la sentais. Et ma peau, déchirée, mes cris, étranglés, je les entendais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/

• Dieu Suprême •
avatar
Gantz.

Nombre de messages : 2433
Pseudo : Gantz
Surnom : Gantz
Âge du personnage : Des décennies...

Fiche Technique
Points:
1000/1000  (1000/1000)
Missions:
1000/1000  (1000/1000)
Équipement/Armement: Vos vies mes fidèles soldats.

Jeu 21 Jan 2010, 10:13





Spectateur de ce théâtre grotesque, Kyou s'esclaffa soudain aux pieds de l'escalier, se penchant légèrement une main sur son estomac. Ses yeux habitués à l'obscurité ambiante de sa maison lui avaient offerts une vue imprenable sur le spectacle improvisé mis en scène par le maladroit de service. Sa gêne immédiate ne fit qu'accentuer l'intensité du rire cristallin du propriétaire qui, au bout de quelques secondes, se décida à allumer via l'interrupteur, l'unique ampoule du couloir. Une lumière pâle et timide envahit l'allée, baignant dans une clarté calme et discrète, quoique terne, les deux invités.

La vue du visage empourpré et de la tête ahurie de Sakyo provoqua de nouveau son hilarité, alors qu'il essuyait du bout de l'index une larme perlant le long de sa joue. Suite à quoi il renifla discrètement en se redressant puis n'hésita pas à charrier de vive-voix le pauvre bigleux.

"Ha ha ha... dingue, t'es encore plus pervers que moi ! "

Il claqua dans ses mains pour calmer son amusement et commença à monter quelques marches en ricanant, prononçant quelques paroles taquines et effrayantes, surtout pour essayer de déconcentrer un peu plus ses hôtes.

" A peine arrivé que déjà le voilà possédé par l'esprit le plus obscène de la maison. Pas d'pot ! Ha ha ha ! "

Sûr qu'avec un pareil accident, Kyou parviendrait à taquiner à maintes reprises son compagnon masculin qui, en dépit de son embarras manifesté pour ne pas importuner l'idole avait sérieusement dû apprécier le moment. Et pour l'adolescent qui ne le connaissait que très peu, il s'imaginait déjà la gaffe inconsciemment volontaire. En tout cas, il envia un moment le binoclard et trouva l'astuce à reproduire plutôt ingénieuse mais se tut le long du trajet menant au couloir du premier étage.

Finalement arrivé au palier, il se dirigea vers la porte du fond, qui était une porte occidentale normale. Les autres étaient identiques mais toutes fermées et silencieuses. Lentement, Kyou gagna l'entrée de sa demeure la plus personnelle et l'ouvrit. Il songea brusquement à son bordel mais en entrant, il fut soulagé de constater que sa chambre, quoique relativement petite, restait relativement bien ordonnée... enfin, si l'on omettait la tonne de magazines érotiques, de doujins et autres coffrets DVD tout aussi osés apparemment volés, sans compter les consoles de jeux et le fouillis de vêtements portés le long de la semaine, oui c'était très propre pour une chambre d'adolescent. En tout cas, rien de bien dérangeant, si ce n'est la multitude de loisirs pervers librement exposés près de son lit et de son étagère. Mais il avait apparemment une flemme incroyable et même si l'idée que Reika puisse avoir une mauvaise opinion de lui, il oublia l'idée de cacher le matériel en se rappelant sa condition différente de la sienne. D'un rapide coup d'oeil, il inspecta le reste et ne trouva aucun outil de drogue suspect, pas de préservatifs ou mouchoirs usagés, donc sa chambre était logiquement présentable.

Subséquemment, il alluma la lumière bleutée et agréable de la chambre qui la plongeait dans une semi-obscurité relaxante, un petit rafistolage de sa confection car la lumière trop intense le fatiguait, et c'était plus agréable de jouer dans le noir sans avoir à se relever systématiquement pour éteindre. La visibilité était quand même bonne – avec un peu de chance ça parviendrait même à cacher un peu les couvertures de la masse de supports érotiques, peu de risques pour Sakyo de profiter encore une fois des formes attractives de l'idole en toute impunité, donc. Cette pensée manqua de faire ressurgir son hilarité mais il se calma en s'emparant de coussins moelleux qu'il balança autour de la table basse située au centre de la pièce, en face de la télévision. Ensuite, il se posa sans bruits en se laissant tomber mollement sur sa nouvelle assise, son coussin situé en face de la porte et à côté de l'écran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Reika

Nombre de messages : 347
Pseudo : Meadow.
Surnom : Forte Poitrine
Âge du personnage : 17 - 18 ans à priori

Fiche Technique
Points:
7/100  (7/100)
Missions:
1/4  (1/4)
Équipement/Armement: Combinaison & X-Gun

Jeu 21 Jan 2010, 17:22

{ MDR Sakyo !! XD }

Dans la pénombre, Reika marchait à tâtons. Elle n’était pas très à l’aise dans les endroits aussi sombre, sa vue avait sans doute été dégradée à force de se prendre une flopée de flash à longueur de journée. Essayant au mieux de suivre Kyou, elle se stoppa net quand elle sentit soudainement deux choses lui empoigner la poitrine. Plissant les yeux, elle parvint à distinguer une silhouette humaine, irrémédiablement celle de Sakyo. Sous l’effet de surprise, elle sauta au plafond en étouffant un petit cri. L’auteur de cette maladresse fit quelques pas en arrière avant de s’excuser platement. Plutôt embarrassée, la demoiselle balbutia.

    « Ah !! J-Je, non, ça ne fait rien enfin euh … Excuse moi ! »

L’idole finit par s’excuser, comble de la situation. Kyou lui, était hilare de l’étourderie de son compagnon, et finit par allumer la lumière, le visage crispé par son fou rire. Plutôt honteuse, la demoiselle baissa le regard au sol, un petit sourire au coin des lèvres. Elle n’en voulait nullement à Sakyo. D’autant plus qu’elle frissonna de nouveau lorsque l’androgyne émit de nouveau une plaisanterie sur les esprits qui occupaient semblablement cette maison.
Cependant, elle se sentait encore plus bête qu’elle ne l’était déjà. Ce geste lui rappelait ceux de nombreux fans qui souvent, ne venait la voir à des représentations et autre que dans l’espoir de pouvoir palper ses formes astronomiques.
Il ne fallait pas se leurrer : elle était célèbre pour sa poitrine d’une taille absolument remarquable et complètement naturelle. Aussi pour son beau visage, et cet air provocateur qui lui allait si bien dans ses photos d’elle en bikini d’une marque de luxe sur des plages tropicales.

Enfin, pour essayer d’oublier ce petit incident, le propriétaire des lieux guida ses deux hôtes dans sa chambre personnelle. C’était le cœur battant que Reika pu enfin découvrir cette pièce qu’elle brulait d’envie de connaître.
C’était une pièce de superficie tout à fait correcte, qui était typiquement à l’image de l’adolescent. Un petit sourire aux lèvres, Reika remarqua assez vite une panoplie de magasines érotiques adressé à un publique semblable à Kyou. Elle fit mine de ne rien voir, dérivant son regard sur le poste de télévision. Honnêtement, elle se demandait si parmi cette collection inégalable se trouvaient des revues où elle pouvait paraître. Rien que cette idée la fit rougir, et elle trouvait ça plus valorisant que dégradant.

Kyou alluma une lumière douce, qui plongea les trois coéquipiers dans une ambiance particulièrement tranquille et agréable. Il installa des coussins autour de sa table basse centrale, et s’installa sur un d’entre eux. Encore timide, Reika prit soin d’en choisir un le plus adjacent possible à l’androgyne, en gardant toujours son regard rivé sur tout, sauf les vagues de magasines adultes.

    « J’aime beaucoup ta chambre. »

Dit-elle timidement. Elle afficha un sourire gêné, et reprit.

    « On s’y sent … Bien. »

Déclara-t-elle sincèrement. À vrai dire, une petite chambre d’adolescent sans prétention avait toujours été un rêve pour elle. Paradoxalement, elle n’aimait pas les pièces immenses, elle se sentait rapidement perdue dedans. Sa propre chambre à elle, faisait sans doute la moitié du rez-de-chaussée de cet l’appartement. Et pourtant, bien qu’elle y jouissait d’un luxe sans égal, elle réalisait qu’elle préférait se trouver ici, avec ses deux compagnons, plutôt que dans sa grande villa, seule.


« You, you give me something,
Something that nobody else has got !
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Sakyo Jinnai

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t219-sakyo-jinnai-valide
Nombre de messages : 1071
Pseudo : Sakyo
Surnom : Héros abandonné
Âge du personnage : 19

Fiche Technique
Points:
51/100  (51/100)
Missions:
3/6  (3/6)
Équipement/Armement: Y-Gun (+déclencheur), X-Gun, Contrôleur, Combinaison, Manteau, Masque à gaz, Talkie-Walkie, Trousse de soin dans sac à dos.

Ven 22 Jan 2010, 13:51

[N'est-ce pas! J'avais envie d'ajouter un peu plus d'originalité XD]

Incapable de rire correctement, Sakyo avait adopté un rictus au coin de ses lèvres, nerveux, irrégulier, sautillant et lui torturant la joue gauche. Tandis que ses compagnons, eux-même, semblaient amusés malgré tout. C'était évident pour Kyou qui s'amusait déjà avec eux depuis un moment. Après avoir allumée la discrète lumière du couloir, il avait ri non sans charrier son nouvel ami quant à sa présumée perversité. Reika, quant à elle, s'était excusée, ce qui fut un comble et qui provoqua par ailleurs une autre vague d'excuses de la part de l'écrivain.
Heureusement, elle ne lui en voulait pas, cela semblait clair, mais ce qui l'avait réconforté était le fait qu'elle-même semblait en rire, même si ce n'était pas avec la même intensité que le jeune androgyne. Un petit sourire en coin s'était étiré sur son visage, et Sakyo put se détendre à nouveau, après, bien entendu, que Kyou ne recommence à faire référence aux fameux fantômes de son domicile. Décidément, il était inspiré ce soir, presque autant que le romancier qui avait déjà imaginé le pire en voyant sa maison.

Dans tous les cas, après cette petite tranche de rire, ils finirent par se diriger vers l'escalier. Une fois sur le palier du premier étage, Sakyo s'étonna de remarquer que les portes étaient occidentales, à l'opposé de celle de l'entrée, coulissante. Depuis tout petite déjà, il allait rarement chez les autres personnes, préférant rester chez lui. Ou alors s'il sortait, c'était sans entrer chez ses amis. Aussi, il avait toujours vécu dans des maisons à l'architecture exclusivement occidentale, sans vraiment savoir comment était un intérieur traditionnel.
Au bout du couloir où le leader les menait se trouvait donc certainement la chambre de ce dernier. A l'intérieur, Sakyo ne put passer à côté des innombrables dvds, magazines et doujins érotiques. Et pourtant, l'écrivain n'en fut étrangement pas choqué. A vrai dire, il se rendait un peu mieux compte de ce à côté de quoi il était passé ces dernières années. La lumière bleutée de la chambre avait révélé tout un plaisir sexuel auquel l'Homme en général aimait se donner. Mais jamais il n'avait pu connaître cette expérience, étant trop absorbé par son inspiration.
Pourtant, ce n'était pas faute d'avoir plu aux filles des établissements dans lesquels il était allé. Si au collège, il n'était vu que comme un intello binoclard, le lycée et l'université lui avait apporté une bien plus grande réputation, et cela même, grâce aussi aux concours auxquels il participait régulièrement. Mais au final, les quelques amis qu'il avait ne signifiaient rien, puisqu'il était resté trop égoïste, tout au long de sa vie.

Ils s'étaient ensuite assis tous les trois autour d'une table basse, sur des coussins. Et là, il put constater encore une fois à quel point l'attraction entre Reika et Kyou était forte. Au début, cela le faisait rire, mais maintenant, repensant à son vécu (et cela, étrangement grâce à ce qu'il y avait de plus pervers) il se désolait de n'avoir jamais eue cette affinité avec une autre personne. Reika était en fait, étrangement, la première poitrine qu'il n'avait jamais touchée depuis son enfance. C'était à la fois flatteur, du fait qu'elle était un objet de fantasme pour tous, mais aussi un peu gênant, car il n'y avait aucun sentiment ou autre derrière. Oui, il n'avait jamais vraiment été particulièrement attiré par qui que ce soit, et même avoir touché Reika, ne l'avait pas vraiment excité comme la plupart des autres personnes auraient pu l'être.


*Ah... J'aimerais bien être attiré par une fille... et inversement...*

Rarement il s'était abandonné à ce genre de pensées. Sans doute était-ce parce qu'il vivait trop souvent seul et n'était pas assez confronté aux genres de sentiments humains. Et il se surprit même à espérer rencontrer les soeurs de Kyou, leur imaginant un physique irréprochable, comme l'était le jeune homme. Mais c'en fut assez de ce genre d'idées. Il avait vécu dix-huit ans ainsi, et il savait que même s'il avait plutôt envie de connaître le sentiment amoureux, ou même seulement être l'objet d'une attraction (dans l'un ou l'autre sens), le sexe n'était pas une nécessité à sa vie, mais une option que beaucoup de gens prendraient. Alors il réengagea la conversation... Après tout, à l'origine, ils étaient ici pour quelque chose de beaucoup plus important...

Alors... Tu devais nous parler un peu mieux de cette chambre, Kyou... Maintenant qu'on a le dossier du flic, je suppose qu'on devrait en savoir beaucoup plus, et toi de même... Si tu as une connexion internet, on devrait aller sur le site de document.


Ce n'était pas qu'une illusion. Cette douleur, je la sentais. Et ma peau, déchirée, mes cris, étranglés, je les entendais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/

• Dieu Suprême •
avatar
Gantz.

Nombre de messages : 2433
Pseudo : Gantz
Surnom : Gantz
Âge du personnage : Des décennies...

Fiche Technique
Points:
1000/1000  (1000/1000)
Missions:
1000/1000  (1000/1000)
Équipement/Armement: Vos vies mes fidèles soldats.

Ven 22 Jan 2010, 15:02





Désormais tous réunis et installés dans la chambre, ils pouvaient enfin aborder des domaines plus sérieux et plus préoccupants que les fantômes de la maison ou les mensurations de Reika – et éventuellement la douceur de sa poitrine, même si Kyou fut un moment absorbé par l'idole et ses compliments sur sa chambre. En d'autres circonstances, il n'aurait pas hésité à cet instant à user de quelques répliques provocantes et charmeuses mais la situation ne s'y prêtait pas.
Sakyo le rappela d'ailleurs involontairement en reparlant du dossier laissé par le flic défunt. Face aux suggestions de Mr.Hentaï, l'androgyne acquiesça dans la pénombre et posa le dossier légèrement froissé sur la table basse, comme une preuve à conviction. Le simple fait de le regarder lui rappelait son vague contenu, brièvement feuilleté avant qu'ils n'aient tous trois quitté l'appartement.

Mais avant de partir là-dessus, il voulait voir si la petite mission de ce soir était déjà parvenue aux oreilles des médias. Il jeta un coup d'oeil à son réveil, plus précisément sur le laser bleu discret affiché au mur au dessus de l'écran et indiquant l'heure. Forcément, à cette heure tous les charognards seraient déjà sur le coup ! Les journaux télévisés devaient déjà se faire une concurrence de malade. Cette fois, ils auraient peut-être des images plus concluantes. Il faut quand même avouer que celles de sa première mission avaient été sensationnelles, quoique de mauvaise qualité pour la plupart. Qu'en était-il de ce soir ? Kyou se mit à farfouiller autour de lui, marmonnant quelque chose à ses invités.

" Ouais, mais d'abord regardons... "

Il trouva enfin la télécommande en dessous de l'armoire à jeux vidéos et s'en empara pour allumer l'écran qui éclaira la tablée efficacement. Bien sûr, la première chose qui s'affiche fut une publicité exotique pour une boisson avec des filles dénudées.

" … un peu, si on parle de nous. "

En un clip, il changea de chaîne jusqu'à tomber sur un journal télévisé au hasard, qui justement parlait de l'affaire. Il s'arrêta et baissa le bras pour écouter attentivement les informations livrées, augmentant légèrement le volume du téléviseur. Un vieil homme sérieux et austère présentait l'affaire, des images aériennes tournant en boucle derrière lui, jusqu'à ce qu'ils se décident à faire des agrandissements médiocres ou l'on pouvait notamment apercevoir l'endroit de l'explosion massive, celle ou le groupe de Reika s'était retrouvé embusqué.
Dans un éclair de génie, il songea à l'E-MISSION ! Brusquement, il tapota sur les touches chiffrées pour afficher la source avide des news croustillantes présentées par l'une des plus grandes stars montantes du moment : Eikichi. L'émission de la chaîne J-la commençait à peine avec un jingle toujours aussi bien présenté et moderne, très futuriste même. Kyou regarda Reika du coin de l'oeil, se demandant soudainement si elle avait déjà côtoyer cet Eikichi et si ils avaient eus des relations. Rapidement, il se concentra sur le contenu du programme.



- - -





Après cette musique entraînante servant désormais d'ambiance, le logo E-MISSION apparaît sur l'écran pour ensuite laisser place à un beau jeune homme dans la vingtaine. Blond, cheveux courts, métis à l'air américain, arborant une paire de lunettes de soleil orangées, il paraît cool et décontracté, posté en costard-cravatte sur un plateau de télé à l'effigie du présentateur, tenant d'avantage du salon d'appartement plutôt que du décor d'antenne. Il s'agit bien d'Eikichi, le présentateur vedette du moment prêt à battre encore des records d'audience ce soir avec un sujet incroyable, plus incroyable encore que la dernière fois...





" Salut et bienvenue dans l'E-MISSION !

Nous vous en avions parlé il y a quelques semaines déjà, l'affaire du Ginza et de la terrible fuite de gaz qui avait engendré des explosions phénoménales et de nombreux blessés n'a toujours pas été résolue par les autorités ! Ce soir, un événement similaire s'est produit dans la banlieue de Tokyo, devant les immeubles Hayate du quartier Ouest !

Rappelez-vous les images chocs que nous avions obtenus pour vous. Cette fois, nous avons redoublés d'efforts pour vous présenter cette catastrophe comme si vous y étiez. Un reportage au feu de l'action, réalisé et commenté par Ken Akimaru ! "


Eikichi disparaît dans un voile sombre, un écran de caméra apparaît et une vidéo commence, de très bonne facture cette fois. Il ne s'agit pas d'un téléphone portable ou d'une caméra de poing bon marché, c'est clairement un outil professionnel. On dirait que l'E-MISSION s'était investie et ils avaient bien faits, les pics d'audience allaient croître à en faire exploser les compteurs.
La vidéo présentée par ce reporter montrait les quartiers vides de la rue, effectuant des zooms et des légers travellings tout en commentant la situation. Soudain, Ken se met à avancer brusquement et un bruit d'explosion se fait entendre, comme du ver brisé. Il arrive devant une boutique de vêtements à l'angle de la rue et filme en racontant vivement ce qui se passe. Un homme se tient devant la boutique, mais sa tête se défait de son corps et disparaît comme consumée alors que le décapité s'effondre. Le commentateur jure à maintes reprises et montre des signes de terreur, la caméra tremble, il essaye de s'avancer mais revient sur ses pas en craignant un virus ou quelque chose comme ça. Il a tout de même d'excellentes images de la scène.
Une coupure, puis il filme les dégâts occasionnés par l'explosion de voiture. Il révèle les bâtiments démolis qui bouchent le parking et ignore encore s'il y a des blessés. A ce moment de nombreux policiers et pompiers sont présents, notamment pour dégager la voie. Ken revient sur ses pas, passant d'abord inaperçu aux yeux des autorités puis arrive sur la rue principale ou il filme des petites cratères et un poteau froissé, ainsi que quelques vitres de magasins brisés. Alors qu'il s'attarde sur des traces suspectes laissées au sol, un homme dans la trentaine fonce sur lui en criant, tendant une main rageuse sur l'objectif. Au loin, on entend le nom approximatif d'inspecteur Fujima ou Fujida, quelque chose comme ça. La vidéo se coupe la dessus et Eikichi revient tout-sourire pour s'extasier du contenu incroyable de la vidéo.


- - -


L'adolescent avait bu les paroles du commentateur et notamment les images d'exception fournies par le caméraman. Un gars qui avait des tripes et qui voulait son augmentation, indubitablement. De plus, les images montrées étaient très intéressantes et éclaircissaient certains points encore obscurs dans son esprit.
Kyou, pendant qu'Eikichi commentait à sa façon le drame, regarda à tour de rôle ses coéquipiers avec un sourire au coin des lèvres. Il s'attarda plus particulièrement sur Sakyo, avant de lui adresser la parole mais parlant pour les deux.

" Voilà. Pas une seule trace de nous ou des morts, sinon ça se saurait déjà. Quoiqu'il se passe, nous sommes des fantômes à leurs yeux, et comme les fantômes, ce qu'on fait se voit. En revanche, vous avez vu ce type ? C'était pas un des nôtres, il était visible mais ce qui lui est réellement arrivée ne l'est pas. "

Dis comme ça, c'était assez merveilleux, comme être invisible. Mais il fallait situer le contexte : une impitoyable chasse aux aliens tous plus dangereux et armés les uns que les autres.

" Je pense que Gantz pose un genre de dôme virtuel qui réagit à notre ADN ou à notre combinaison, enfin à quelque chose qui à avoir avec nous et ça nous cache de tous. "

Il attendit les réactions de l'écrivain et de l'idôle, éventuellement leurs questions alors qu'il jetait de temps à autre son regard sur l'E-MISSION.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Reika

Nombre de messages : 347
Pseudo : Meadow.
Surnom : Forte Poitrine
Âge du personnage : 17 - 18 ans à priori

Fiche Technique
Points:
7/100  (7/100)
Missions:
1/4  (1/4)
Équipement/Armement: Combinaison & X-Gun

Sam 23 Jan 2010, 10:24

Trêve de plaisanteries salaces ou de petits coups d’œil complice, il était l’heure de mettre au grand jour cette histoire de chambre, de mission, de mort et de renaissance.
Tous les trois positionnés autour de la table, Sakyo commença par introduire le sujet en réclamant des informations supplémentaires. Il fit aussi allusion à un site internet vraisemblablement.
Après une courte pause, Kyou alluma son poste de télévision pour savoir si les dégâts qu’ils avaient causés avaient fait parler d’eux. Il tomba sur la célèbre émission japonaise « E-MISSION », présentée par l’animateur très sexy et branché Eikichi. Cette dégaine particulière, ce look bien à lui, ces quelques accessoires vestimentaires qui faisaient tout son charme, Reika dériva instantanément son regard du personnage en gros plan sur l’écran. Une grimace crispa les traits de son visage qui commença à virer de nouveau à une couleur plutôt écarlate.

Cette réaction n’était pas due au sex appeal du personnage, mais juste à ce qu’elle avait pu vivre il y a bien longtemps avec lui. À ses débuts de carrière, Reika était encore fragile et timide (enfin, ça n’a pas changé me direz-vous), facilement influençable et en quête d’une personne de confiance à qui elle pourrait rapidement se lier. Pour qu’elle puisse se faire connaître, être pistonnée et aimée des autres personnages des médias était la meilleure technique.
Evidemment, pour pouvoir monter en grade, l’idole s’est non sans mal liée d’amitié avec Eikichi. Le fait est que plus elle se sentait proche de lui, plus il commençait à montrer son réel but de cette relation avec la demoiselle. Sans surprise, par sa naïveté et sa gentillesse, elle se laissa faire ces quelques soirs où le jeune homme présentait un grand intérêt pour les formes féminines, le joli visage et ces hanches si démarquées de l’idole.

Ce mauvais passage, Reika ne voulait plus y penser. Elle n’avait pas eu mal, n’avait pas été brutalisée ou abusée. Elle avait juste dit oui, et s’était laissée gentiment faire, juste pour être sûre qu’il ne l’abandonnerait pas. Au final, elle avait inévitablement été abandonnée par cet homme, mais elle avait obtenu une grande popularité soudaine.

Elle essaya de penser à autre chose et observa la scène du parking, qui lui rappela cette fois-ci, cette odeur de pourriture humaine, ce froid qui collait à sa peau, mais aussi le passage émouvant avec Kyou. D’ailleurs, celui-ci semblait soudainement insensible à ce qu’elle avait pu lui dire, et comment elle avait pu le soutenir. Peut-être était-il gêné, ou orgueilleux, alors il ne voulais pas se rappeler de ce moment.
Il déclara que tous les occupants de la chambre étaient invisibles sur les lieux, mais qu’en revanche les cratères dans le bitume ou les voitures retournée, elles, étaient bien visibles. Reika se mordit la lèvre inférieure. Avec autant de remue ménage, ils risqueraient d’être rapidement découvert. Certes, ces apparitions mystiques seraient expliquée par des centaines de légendes urbaines toutes aussi grotesques les unes que les autres, mais les fouilles seraient sans doute approfondies … Jusqu’à remonter à la chambre ?

    « C’est quand même inquiétant, commença-t-elle. Avec tous ces dégâts qu’on fait, toute la population va être morte d’angoisse, et quelqu’un finira peut-être par découvrir cette … Chambre, non ? »

Avec toute cette histoire de chambre, mission, mort, de système de pont, Reika se sentait gardienne d’un immense secret. Ils n’étaient cependant pas visibles par les gens hors des missions pendant leurs actions.

    « Pourquoi G-Gantz, c’est ça ? Euhm, pourquoi nous envoit-il combattre sur la terre même ? Il ne peut pas nous mettre dans un monde virtuel, ou je ne sais quoi … ? »

Après cette remarque naïve, la demoiselle s’arrêta. Elle regarda tour à tour Sakyo et Kyou, et reprit d’une petite voix.

    « Ça voudrait dire que … La Terre est envahit par ces espèces de monstres et qu’on doit la protéger, au péril de notre, euhm … Seconde vie ? » »


« You, you give me something,
Something that nobody else has got !
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Sakyo Jinnai

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t219-sakyo-jinnai-valide
Nombre de messages : 1071
Pseudo : Sakyo
Surnom : Héros abandonné
Âge du personnage : 19

Fiche Technique
Points:
51/100  (51/100)
Missions:
3/6  (3/6)
Équipement/Armement: Y-Gun (+déclencheur), X-Gun, Contrôleur, Combinaison, Manteau, Masque à gaz, Talkie-Walkie, Trousse de soin dans sac à dos.

Sam 23 Jan 2010, 17:51

Le trio était enfin passé aux choses sérieuses. Et même s'ils n'avaient cependant pas encore touché au dossier, Kyou semblait déjà vouloir montrer quelque chose d'important à ses acolytes. Cherchant vraisemblablement quelque chose, il se mit à farfouiller dans ses affaires. Et alors que Sakyo s'attendait à retrouver un ordinateur portable ou peut-être une clé USB avec quelques données, il prit tout simplement une télécommande. Lorsqu'il eut allumée la télé, tout sembla clair: Gantz avait un impact assez grand pour que tout ce qui s'est passé cette nuit puisse aller jusque sur les petits écrans.
Et en effet, il avait vu juste. De suite, ils tombèrent sur les informations qui avaient filmé les évènements certainement par hélicoptère. Pas de vraiment bonne qualité, certes, mais l'on voyait clairement les immeubles Hayate. Et une explosion massive avait su s'élever, créant presque une colonne de feu. A ce moment là, le romancier songea à la chance qu'il avait eue de s'être trouver dans un autre groupe, ailleurs qu'à cet endroit là.
Mais cela ne sembla pas suffire à Kyou. Immédiatement, il zappa les chaînes pour en arriver jusqu'à une émission nommée "l'E-mission". Sakyo ne s'intéressait pas beaucoup à la télé et ne savait donc pas beaucoup de choses en général dessus. Mais cette émission là était bien spéciale et avait le don de toujours revenir à ses oreilles alors qu'il était à la fac, ou même dans la rue. Récemment, sans même avoir regardé la télé, il avait aussi entendu parlé d'un évènement similaire avec notamment le renversement spectaculaire d'un camion de pompier suite à une explosion. En un éclair, il songea au militaire, Gray, qui avait parlé du fait qu'ils étaient passés à la télé.

Les images du générique passèrent et le présentateur, Eikichi, personnage très énervant de la télévision selon Sakyo, engageait vivement le sujet en parlant juste de ce à quoi l'écrivain pensait plus tôt. Il n'en fallut pas plus pour en arriver jusqu'à visionner en plein feu de l'action les images prises par le dit reporter, Ken Akimaru. Une image de bien meilleure qualité, quoiqu'irrégulière malgré la violence des explosions. Le plus choquant fut de voir un homme décapité on ne sait comment... Plus tard, les résultats du combat invisible étaient affichés, dévoilant les différents dégâts un peu partout sur les vitrines, immeubles et parkings. Cet E-mission allait certainement être très vite mise à jour, car ce que la population japonaise voyait là n'était bel et bien qu'un petit quart des dégâts réellement occasionnés.
Mais un innocent était mort ce soir... Un homme qui n'était pas concerné par cette mission. Et il y en avait certainement d'autres... Sakyo y avait déjà pensé en revenant de la mission: il avait peur de risquer sa vie avec l'alien encore en vie. Et le fait de se voir dans la "réalité" et malgré tout vulnérable face à ces monstres lui fit de plus en plus peur...

Kyou en vint finalement à exposer les faits irrévocables: ils étaient invisibles face au reste de la société. Eux et les "martiens". Puis il exposa aussi son idée de "dôme" qui serait responsable de leur état d'invisibilité. C'était quelque chose de plausible, oui... Mais il fallait certainement voir ce qu'il aurait pu se passer s'ils dépassaient le dôme. Peut-être que juste cela aurait suffit à se protéger des aliens. Juste en fuyant le combat. Et si les aliens, eux-mêmes, allaient en dehors du dôme?
Reika aussi avait quelques idées concernant la chambre. Mais selon Sakyo, les réponses étaient évidentes, puisqu'il s'était battu lui même contre ces créatures. Aussi, il répondit immédiatement à ses alliés.


"A vrai dire... je ne pense pas que l'on puisse aussi facilement remonter à une simple chambre. Tout le monde va penser à plus grand que ça. Et puis, Gantz lui même nous a réquisitionnés. On ne pouvait pas sortir hormis lorsqu'il l'avait décidé. Alors je doute que l'on puisse y entrer s'il ne veut pas être découvert... Par contre, en ce qui concerne le fait de combattre ces trucs, j'aimerais bien savoir pourquoi il nous choisi nous, de simples civils... Peu d'entre nous sont réellement doués pour le combat, alors vraiment choisir des gamins ou d'autres novices pour ça... Je ne pense vraiment pas que cette boule veuille que l'on protège la terre des monstres. Autrement, elle aurait été plus humaine et ne baserait pas nos vies sur un simple décompte de points. Non... tout simplement, elle doit être elle-même d'un autre monde... Et elle doit jouer avec nos vies. Et surtout, elle doit vraiment s'amuser..."

Sakyo avait de plus en plus peur. Il songeait encore à cet innocent mort et au martien Stoned encore en vie. Puis cette mission lui revint en mémoire. Il avait consulté plusieurs fois son contrôleur. Plus généralement pour se rendre invisible, mais il voyait aussi les différentes créatures représentées par des points rouges. Grâce à cela, il avait pu remarquer aussi la limite de leur zone de combat. C'était sans doute ce à quoi pensait Kyou.

"J'ai pris un contrôleur pour cette mission. Ta théorie du dôme me semble bonne... mais il faut savoir ce qu'il peut se passer si on franchit la limite donnée par le contrôleur."

Gantz était une personne, ou plutôt une chose assez lunatique... Oui, elle aurait pu paraître bonne si elle s'était contentée de donner ces armes, mais tout le monde pensait bel et bien qu'elle était aussi responsable de la venue de ces créatures. Et en effet, Sakyo avait surtout peur de ce qui pourrait arriver durant l'intermission... Oui, les policiers étaient une de ses plus grandes craintes... Mais voir l'étendue des dégâts sur l'E-mission lui fit définitivement plus peur... Il appréhendait ses retrouvailles avec le martien stoned... Et cela, c'était bien le pire... Il devait en parler à ses alliés... Sans doute qu'un combat allait arriver, par surprise.

"Bon sang... Un innocent a été tout de même tué par ces choses...et il ne doit pas être le seul. Cela veut donc dire qu'elles peuvent aller jusqu'à tuer des humains qui ne sont pas concernés par la mission... Mais ça veut surtout dire que le martien stoned va encore une fois tuer... Et cette fois-ci, il a deux ennemis qu'il compte certainement retrouver... Antonio et moi étions les derniers à nous battre contre lui... Je crois bien que j'appréhendais bien mieux la venue des policiers..."


Antonio était un homme fort, oui, mais Sakyo était réaliste. Sans sa combinaison, il ne serait rien face au martien stoned qui, en une seul attaque, avait su ôter les vies de quatre de ses alliés. Il avait laissée sa combinaison dans la chambre, dans l'un des tiroirs de la boule, après avoir dit qu'il "aurait besoin d'une plus grande couture" ou quelque chose comme cela. Il allait s'entraîner, c'était sûr, mais là, il allait surtout risquer sa vie... Il fallait le prévenir. Le romancier ne l'appréciait vraiment pas, oui... Il avait même dit ne plus vouloir l'aider... Mais il avait une bien plus grande morale que celui là... Et malgré sa haine envers lui, il n'allait pas le laisser ainsi.

"Antonio n'a pas sa combinaison. Si le Stoned le retrouve, il est fait... Et je ne parle même pas de moi..."


Ce n'était pas qu'une illusion. Cette douleur, je la sentais. Et ma peau, déchirée, mes cris, étranglés, je les entendais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/

• Dieu Suprême •
avatar
Gantz.

Nombre de messages : 2433
Pseudo : Gantz
Surnom : Gantz
Âge du personnage : Des décennies...

Fiche Technique
Points:
1000/1000  (1000/1000)
Missions:
1000/1000  (1000/1000)
Équipement/Armement: Vos vies mes fidèles soldats.

Sam 23 Jan 2010, 21:08





Kyou écouta avec la même attention les questions posées par la jeune femme, enregistrant dans un coin de sa tête ses interrogations qui, plus tard, lui serviraient peut-être de réponses. A ce sujet, il n'eut pas à se prononcer immédiatement car Sakyo prit la parole avec un don d'élocution naturel assez frappant. Ses paroles captivèrent complètement l'androgyne le temps de son discours qui ne jeta même pas un coup d'oeil au téléviseur.

Beaucoup de révélations furent faites, il obtenu ainsi des réponses qu'il n'avait pas eu dans la chambre plus tôt, et notamment des informations bien plus importantes que toutes celles enregistrées jusqu'à maintenant. Les dernières paroles de Sakyo réveillèrent son caractère impulsif et les yeux exorbités, il haussa le ton, à la fois ébahi, énervé et embarrassé.

" Qu.. quoi ?! Putain, tu veux dire que ce truc est toujours en vie ?! C'est une blague ! "

Il paraissait soudain préoccupé. Dans sa tête, tout se chamboulait. Ce monstre, dont il avait particulièrement retenu le nom et le visage horrible, était encore en liberté, épargné par l'incompétence de leur groupe réduit à cinq misérables membres. Selon les insinuations de Sakyo, tout particulièrement vis à vis d'Antonio, Kyou crut comprendre que le reste de l'équipe avait été broyée par cette créature dont il ignorait tout. Immédiatement, il songeait au pire. Portant instinctivement l'extrémité de son pouce gauche à ses lèvres, il semblait réfléchir vivement en grommelant, son regard tournant frénétiquement d'un repère à l'autre. Pour que Sakyo parle d'Antonio comme s'il était susceptible de se faire avoir par cette immondice, il fallait que ça soit sérieux. L'éventualité que le combattant puisse se faire charcuter en face à face l'effrayait un tant soit peu, il l'avouait...

Finalement, il releva la tête pour fixer l'annonciateur de ces mauvaises nouvelles, et désormais cible potentielle du Martien.

" L'important, c'est surtout toi. Maintenant que t'es avec nous, on est tous les trois en danger. "

Il fixa un instant Reika en soupirant. Il n'était plus temps de lui parler avec des pincettes comme à son arrivée. C'était une grande fille, elle avait l'air enfantine avec son air adolescent et son adorable minois mais le contexte ne se prêtait pas à toutes ces sornettes. Ils avaient un sérieux problème. Son regard se posa sur Sakyo. Porte la poisse. Lâchant un juron et serrant du poing, il secoua la tête vivement en faisant l'inventaire. Sans dire qu'il paniquait, il préférait éviter les attaques surprises à l'improviste au beau milieu de la nuit. Lui seul était encore armé, si il se souvenait bien, et sa combinaison était ici, non ? Brusquement, il se tourna pour regarder sa chaise de bureau et il eut l'intense soulagement de constater que la tenue était belle et bien là où il l'avait laissé. Plissant les yeux, il esquissa un sourire. Il avait au moins ça, une combinaison et une arme. Antonio était peut-être un Dieu au corps à corps, avec un mental d'acier, mais lui avait réussit à survivre par deux fois aux deux missions et à la seconde sans porter des combinaisons et en faisant le plus gros score de la chambre. C'était un record, il avait surpassé ses limites et sans se surestimer, il se pensait actuellement capable d'affronter l'éventuelle venue d'un envahisseur fumeur de ganja.

Kyou se tourna de nouveau vers ses deux visiteurs afin de calmer la tension ambiante qui s'était installée. Maître des lieux, il leva sa main en signe d'apaisement et la baissa simultanément, prenant une inspiration pour se préparer à répliquer sérieusement, point par point et avec la logique et tout son caractère.

" Que les choses soient claires pour Antonio... j'en ai rien à secouer. Je suis pas individualiste, sinon vous seriez pas là, mais vous avez vu son comportement non ? C'est un loup solitaire, et tout ce qu'on risque en allant l'aider, c'est de se faire tuer et si on réussit à tuer la cible, ce sera Frenchy Fighter qui ne montrera que son orgueil et aucune reconnaissance. Il se démerde, point barre. "

Ca, c'était dit. Un point important à relever, les civils, et le rôle des Gantzers selon ses propres analyses. Afin que tout le monde intègre bien le fond de sa pensée, il laissa planer quelques secondes de silence, humidifia ses lèvres et reprit.

" Nous sommes soit des combattants choisis au hasard, soit des choix méticuleux, et là ça devient flippant parce que ça répondrait à des critères de sélection, vous saisissez ? Vous avez vu comme moi comment Gantz présente notre Mission pas vrai ? Ce n'est pas une mission militaire, un programme scientifique... c'est comme un jeu télévisé, un super jeu vidéo ou un truc du genre... Mais je pense qu'il y a quelqu'un derrière tout ça. "

Ses yeux verts se fixèrent aléatoirement sur ses compagnons d'armes.

" Quelqu'un qui a les moyens de savoir qui on est. A mon avis, on est tous fichés, observés, comme dans les bouquins. Le truc, c'est qu'on est forcément choisis. Il y a plusieurs morts par jours au Japon, mais on peut les répertorier, nous non parce qu'on disparaît au moment de clamser, pour atterrir dans la chambre via la téléportation. " dit-il en claquant sa main droite dans sa paume gauche.

Subséquemment, ses doigts se joignirent à son front légèrement chaud. Il souffla, essayant d'arranger les arguments et les réponses dans son esprit embrouillé. Son esprit surchauffait mais sa résolution demeurait inébranlable. Pour répondre à Reika, il se tourna directement vers elle, sincère et franc.

" On est pas des super héros. On en a peut être le pouvoir, mais essayer d'aider des gens qui ne peuvent pas nous voir, c'est simplement du suicide. Et dans Gantz, il y a pas de seconde chance. J'ai survécu avec de la chance, parce que je veux vivre... et continuer à me battre. "

Son regard se posa fermement dans celui de l'écrivain.

" On ne peut et on a rien à faire contre ça. Si les missions changent et qu'on nous demande de sauver des civils, là ok, mais nos missives n'ont aucun rapport avec ça. Gantz ne se soucie absolument pas des vies humaines, sinon il les ramènerait à la vie comme il nous a ramené dans cette chambre. A vouloir aider les pauvres types coincés dans nos altercations, on se retrouvera forcément dans la merde un jour ou l'autre. Imaginez que des adversaires un peu plus intelligents et organisés que la moyenne mettent en place une embuscade, comme ce soir mais en bien plus vindicatif. On sera faits. Alors ne vous tentez jamais à aider les civils. "

Il se redressa, relâchant de nouveau la pression accumulée dans ses poumons, puis renchaîna sur une note qui lui parut positive. En ambiance de fond, Eikichi continuait de déblatérer incessamment sous ce générique énervant.

" En revanche, on est une équipe. Dès à présent, si quelque chose vous arrive, je serais là pour vous aider et vous épauler. Compris ? C'est tout ce que vous avez à retenir sur les règles du jeu tant qu'on en sait pas d'avantage. Quant à ce salopard de gland vert... "

Kyou leva son X-Gun au niveau de son visage, un sourire au coin de ses fines lèvres.

" … je l'accueillerais les bras ouverts avec cet engin dans sa sale gueule. "

Ce qui était surprenant ou effrayant, c'était l'air stoïque qu'il avait en parlant d'un acte aussi dur à faire pour le commun des mortels, quelque chose d'insurmontable, de rude à accomplir... mais pour lui, rien ne semblait vraiment infaisable, surtout maintenant qu'il avait deux équipiers pour l'aider. Ensemble, ils formeraient un noyau solide capable de défaire tous les aliens alentours. C'était sa détermination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Reika

Nombre de messages : 347
Pseudo : Meadow.
Surnom : Forte Poitrine
Âge du personnage : 17 - 18 ans à priori

Fiche Technique
Points:
7/100  (7/100)
Missions:
1/4  (1/4)
Équipement/Armement: Combinaison & X-Gun

Dim 24 Jan 2010, 16:07

Rapidement, les réactions s’enchainèrent. Sakyo et Kyou omettaient des théories toutes aussi intelligentes et réfléchies les une que les autres, tandis que Reika se sentit incroyablement stupide quand elle eu réponse à sa proposition de sauvetage de la planète. Il fallait bien l’avouer ; elle avait été jusqu’à maintenant « protégée » des choses horribles du monde, toujours mise dans un environnement niais, parfait, joyeux, gentil, etc. Le monde du show-biz était pourtant tout sauf ça, mais pour la préserver, certaines personnes de son entourage avaient tout fait pour que ça y ressemble.

Elle décida de se taire pour de bon, car elle ne ferait que descendre dans l’estime de chacun à continuer de dire des idioties pareilles. Grimaçante, elle éprouvait une désagréable envie d’aller se cacher dans un trou de souris. Mais rapidement, lorsqu’elle apprit qu’un des monstres était toujours en liberté sur la Terre, son visage se tétanisa, et passa à une couleur pâle. Elle dévisagea Sakyo, priant pour son ouïe lui ai joué un tour. Hélas non, tous les trois étaient bel et bien en grand danger, même hors des missions à présent.
Rapidement, Kyou clama qu’il était hors de question d’aller courir au secours d’Antonio, une autre victime de la chambre. Plutôt altruiste, Reika était paradoxalement du même avis. Déjà que sa vie était constamment en danger, la risquer deux fois plus pour quelqu’un qu’elle ne connaissait même pas, et qui en plus semblait être individualiste au possible …

Attentive, elle essaya de se faire sa propre idée sur cette chambre mystérieuse. Étaient-ils tous utilisés comme des simples jouets, un divertissement pour une personne ? Le hasard, ou alors un choix précis l’avait fait rentrer dans cette pièce ? Toutes ces idées confuses tournèrent dans la tête de l’idole. Pour le coup, elle avait l’impression que mourir aurait été plus simple …

Mais lorsque Kyou déclara la manière dont il recevrait le martien, tout en exhibant son arme, la demoiselle avait juste envie de prendre ses jambes à son coup. Ce regard angoissant la fit frissonner, et tout le charme qu’elle trouvait à l’androgyne disparu instantanément. Elle le trouvait angoissant, et se sentait encore plus perdue qu’au début. La bouche entrouverte, elle décida de porter son attention sur l’écran de télévision, qui une fois de plus repassait ces images choc du parking complètement retourné avec des commentaires tous plus agaçant les uns que les autres.
Étouffant un soupire, elle croisa les bras sur la table pour y déposer sa tête au creux. Jamais elle n’aurait pensé tomber un jour dans une telle situation, mise dans une histoire aussi abracadabrante.

    « Il faut redoubler de prudence alors. Sinon, au premier coin de rue, on se fera sauter. Et ce devant tout le monde en plus. »

Reika afficha un air surpris, s’étonnant elle-même d’avoir parlé aussi froidement, avec des mots qu’elle n’utilisait presque jamais. Elle n’avait pas buté sur un seul mot, ou utilisé cette petite voix puérile. Non, là elle affichait un regard givrant, et un ton posé, qui la fit vieillir de quelques bonnes années.
L’idée quelle puisse être manipulée dans cette chambre la fit bouillir de l’intérieur. Elle se rendait maintenant compte que depuis toujours, elle avait été utilisée comme un vulgaire pantin. Il suffisait de voir le milieu où elle travaillait !
Elle ne se sentait bonne qu’à faire des photos sexy, apparaître dans les revues et faire son sourire angélique sur les publicités dans la ville. Elle était humaine elle aussi, non ?! Elle avait bien le droit de penser, et d’agir, comme les autres. La mine renfrognée, elle crispa ses doigts sur la table.

    « Hors de question que je meurs une seconde fois. »


« You, you give me something,
Something that nobody else has got !
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Sakyo Jinnai

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t219-sakyo-jinnai-valide
Nombre de messages : 1071
Pseudo : Sakyo
Surnom : Héros abandonné
Âge du personnage : 19

Fiche Technique
Points:
51/100  (51/100)
Missions:
3/6  (3/6)
Équipement/Armement: Y-Gun (+déclencheur), X-Gun, Contrôleur, Combinaison, Manteau, Masque à gaz, Talkie-Walkie, Trousse de soin dans sac à dos.

Dim 24 Jan 2010, 17:23

Chose qui étonna Sakyo, c'était que même si Kyou connaissait mieux le jeu que lui, son expression laissait penser qu'il en apprenait beaucoup quand l'écrivain énonçait toutes ses suppositions. Il avait su capter l'attention des deux personnages, et il s'en félicita, car il lui semblait avoir tout à fait juste quant à ses réponses aux interrogations de Reika ou la théorie du dôme. Mais la fin de sa tirade, lorsqu'il évoqua la survie du martien Stoned plongea la bonne ambiance dans une inquiétude commune. Si la couleur de la lumière avait pu s'accorder au thème, alors sans doute qu'elle serait devenue rouge, d'un rouge écarlate et oppressant... Même Kyou qui, jusque là était resté calme commença à s'énerver en déballant un juron et une question rhétorique pour accentuer la chose.
Cela étonna tout de même le romancier qui était pourtant sûr d'avoir entendu Antonio en parler dans la chambre. Ils n'avaient pas réussi à tuer le martien Stoned, et cela le "faisait vraiment chier", il s'en souvenait... Au début, Sakyo imaginait que comme un jeu, ce n'était que la fin d'un niveau et en revenant dans la vie réelle, ils ne risquaient plus rien... mais l'E-mission donnait une autre version. Et à présent... il se souvenait aussi du monstre... "Ce n'est qu'un au revoir, mes frères... ce n'est qu'un au revoir..."
Oui... c'était clair. Il reviendrait pour les tuer. Lui et Antonio.

Il se sentait à présent encore plus oppressé. Il avait l'impression d'avoir apporté le malheur dans ce domicile, et le regard insistant de Reika et l'excitation de Kyou n'arrangeait pas les choses. Il se sentait quelque peu fautif, et il ne s'était pas attendu à une telle réaction... Si seulement Antonio avait annoncée la chose avec plus d'insistance... il ne se serait pas retrouvé dans cette situation, à esquiver ces yeux accusateurs!
Mais heureusement, Kyou ne s'énerva pas plus. Il le rassura d'ailleurs on expliquant qu'ils étaient désormais tous les trois concernés... C'était plus ou moins faux selon Sakyo: il était le seul avec l'européen à s'être battu contre le boss. L'idole et l'androgyne ne risquaient rien. Enfin... tout de dépendait de la situation par laquelle ils seraient retrouvés. Et puis... après tout, comment ces créatures savaient-elles qui étaient leurs cibles pour créer une telle embuscade? Cette dernière pensée fit s'effondrer l'espérance de survie des compagnons de l'étudiant.

La suite, en tout cas, devint bien plus effrayante, et Kyou s'imposa bien plus en tant que leader avec une longue tirade exprimant toutes ses pensées quant à Gantz et au danger qui les guettait. Aider Antonio, comme l'avait suggéré Sakyo...? C'était hors de question, bien évidemment. L'écrivain était malgré tout d'accord avec ces arguments d'un certain côté... Après tout, il l'avait aidé tout au long de la mission, trois fois. Et finalement, Sakyo avait risquée sa combinaison et sa vie pour une vague d'insultes et d'insinuations. Chose qui l'énerva d'autant plus lorsqu'il y repensa. "Attention, Kyou. Si je tolère la plaisanterie, je ne tolère ni les insultes, ni les insinuations." Un homme mauvais, hypocrite, détestable et surtout dédaigneux envers les autres, c'était tout ce qu'il était malgré sa force... Le romancier ne voulait pas être responsable de sa mort, mais il ne l'aiderait pas avec ses compagnons... Au moins, s'il en sortait vivant, il retiendrait la leçon. Et s'il mourait... eh bien... ce serait le stoned le responsable, pas lui.

Le reste de sa tirade fut encore une fois dans l'exposition de théories. Ainsi donc, c'était bien possible, ils étaient choisis par une entité bien spécifique. Quelque chose qui a une conscience au moins humaine, en tout cas, pour créer un tel "jeu". Oui, ils étaient forcément observés par un public pour que l'on se donne la peine de donner un esthétisme à cette tuerie. Car oui, c'était bien quelque chose de superficiel de mettre ces missions sous forme de chasse aux aliens. Et c'était vrai, aussi, qu'ils étaient seulement humains et qu'ils ne pourraient pas sauver les quelques autres humains impliqués dans leurs combats.
Sakyo s'en désolait, mais Kyou avait raison. Il aurait aimé que les propositions de Reika soient réalisables, mais leurs vies comptaient plus que celles des autres. Le sacrifice humain n'était qu'une question de folie, puisqu'il n'allait mener à rien vue la dangerosité des missions. Les gantzers seraient morts pour des humains qui, au final, ne les verraient pas. Ils mourraient dans le silence, et cela, personne ne le voulait. Kyou avait survécu avec de la chance, comme il disait... et c'était aussi le cas de Sakyo. Et dans tous les cas, ils comptaient bel et bien survivre. C'était triste de se dire que la vie des autres allait devoir passer en second, mais c'était vrai... Car c'était impossible de les sauver tous.

Dans tous les cas, Kyou conclut sa tirade en expliquant qu'ils restaient une équipe même s'ils ne pouvaient pas sauver les autres. Le romancier fut heureux de constater alors qu'il était entré dans une équipe parfaite, car elle était composées de personnages dignes de confiance. Oui, ils s'entraideraient du mieux qu'ils pourraient. Et si le Stoned venait, alors ils pourraient faire quelque chose... Cependant, l'engouement de l'adolescent effraya le reste de ses compagnons... Sakyo remarqua que son inquiétude était partagée à l'expression de Reika, qui ne semblait plus du tout autant attirée par lui qu'avant...
L'accueillir avec un X-gun...? C'était inespéré, Sakyo l'avait vu. Et la starlette avait tout à fait raison lorsqu'elle fit sa première phrase sans bégaiement ou hésitation (chose qui surprit aussi Sakyo) il fallait redoubler de prudence. L'écrivain allait devoir apporter des détails, c'était sûr. Et il fut heureux, en tout cas, d'avoir eue la bonne idée de garder ses armes à la fin de la mission.


"J'ai ma combinaison, un X-gun, un Y-gun, et un contrôleur. J'ai utilisé toutes ces armes face au Stoned... et je dois vous le dire, c'est clair... on est pas de taille. Imaginez... Nous avions tous fui en sens inverse, et il a déployé une bonne dizaines de bras sur toute la longueur d'une rue! J'ai pu courir vite... et quand je me suis retourné... Le militaire, l'aveugle, le sniper, Saki... ils étaient tous morts. Il ne restait plus qu'Antonio et moi..."

Il soupira encore une fois. Il allait devoir donner de nombreux détails qu'il voulait oublier, mais le plus difficile était fait quant à la mort de ses alliés.

"Quand je lui ai tiré dessus, les filets du Y-gun ont été brisés et le X-gun l'a seulement fait gonfler au lieu d'exploser. Je l'ai pourtant scanné, j'ai visé et verrouillé sa tête... rien n'a été fait. Quant à ses bras... on peut les détruire, mais ça ne sert à rien: il est capable d'en faire pousser d'autres! Je vous assure, si on veut le tuer, ces armes ne suffiront pas. Il faut surement des artifices."


Ce n'était pas qu'une illusion. Cette douleur, je la sentais. Et ma peau, déchirée, mes cris, étranglés, je les entendais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/

• Dieu Suprême •
avatar
Gantz.

Nombre de messages : 2433
Pseudo : Gantz
Surnom : Gantz
Âge du personnage : Des décennies...

Fiche Technique
Points:
1000/1000  (1000/1000)
Missions:
1000/1000  (1000/1000)
Équipement/Armement: Vos vies mes fidèles soldats.

Dim 24 Jan 2010, 20:13





Kyou affronta une nouvelle facette de Reika, déterminée, franche, limite vulgaire. Ce fut surtout la fin de sa première remarque qui le désopila intérieurement : Et ce devant tout le monde en plus. Décidément, elle faisait bien partie du show-business songea-t-il en secouant la tête lentement. Quand elle affirma qu'elle ne désirait pas mourir, elle trahissait sa peur de réellement mourir... L'adolescent la dévisagea tandis qu'il écoutait Sakyo répliquer calmement, exposant de nouvelles informations qui finirent par ramener le regard de l'androgyne sur lui.

Alors, c'était comme ça que Saki était morte ? Sale décès... Il aurait au moins aimé la connaître d'avantage, mais il n'avait aucuns remords, il aurait aimé l'aider mais il ne l'avait même pas croisé durant la mission. Il se promit aussi d'être plus prudent à l'avenir, pour le bien de ses deux coéquipiers. Ce genre de scénario ne devait plus se reproduire à l'avenir.
Kyou apprit également la nature de ce redoutable Martien, et la description qu'en fit Sakyo lui rappela inévitablement les nombreux monstres aux allures similaires qu'il avait affronté dans beaucoup de jeux vidéos en tout genre. Il poussa un soupire bref, plus un rire caché qu'autre chose, amusé que sa culture geek puisse lui servir. Après tout, l'univers dans lequel ils se retrouvaient s'y prêtaient étonnamment bien, il n'y avait qu'à voir la présentation, les armes et surtout les combinaisons. Il fallait vraiment être nippon pour inventer un truc aussi déjanté et moulant que leurs tenues... et aussi avancées technologiquement. Ou alors, les Etats Unis, seuls véritables concurrents sur les points cités. Pour le moment, les créateurs importaient peu, le Martien Stoned était désormais leur préoccupation majeure.

Une fois que Sakyo eut abordé sa stratégie contre la créature, Kyou se dit que finalement l'écrivain était meilleur qu'il ne l'aurait pensé au départ. D'une part parce qu'il avait survécu, mais qu'il avait été apparemment intuitif durant les affrontements. L'adolescent l'écouta sans en perdre une miette, puis réfléchit en baissant la tête, ses doigts fins posés sur son menton, il réfléchissait à nouveau intensément. Au bout d'un certain temps, le silence comblé par le générique de fin de l'E-MISSION, le leader parla.

" Je vois le genre... Tu as scanné la tête, mais tu n'as pas pensé à scanner le coeur ? Je pense que si tu n'as pu y arriver seul, c'est qu'il faut casser son rythme de régénération, donc vraiment travailler en équipe de sorte à ce qu'il soit incapable de se reformer... Aussi, il est possible que son organe vital, ou il peut y avoir plusieurs, soit ailleurs que dans sa poitrine. C'est un Martien après tout, non ? "

Ses cheveux fins et brillants se balançaient de droite à gauche alors qu'il parlait, son X-Gun déposa à ses pieds alors qu'il agrémentait son discours de gestes explicatifs et précis. Il ferma ensuite ses yeux, puis se décida à féliciter son partenaire.

" Excellent si tu as ramené de quoi nous défendre ! Ca nous servira pour l'entraînement. Nous commencerons demain, d'accord ? "

Il regarda ses deux coéquipiers... ses deux amis, croisant d'abord les bras fièrement, puis reposant son attention sur Reika qui semblait un peu accablée. Elle devait être exténuée et inquiète. Pour la première fois, il osa un contact avec elle, sans vraiment d'arrières-pensées. Sa main droite se posa doucement sur l'épaule de l'idole, qu'il pressa délicatement en la dévisageant.

" Ne t'en fais pas, personne va mourir. "
Il rendit sa pensée au groupe, fixant Sakyo après avoir longtemps plongé son regard émeraude dans les yeux de l'idole.

" Tant qu'on reste unis et soudés, on survivra ! " dit-il avec un sourire victorieux et entraînant.

Simultanément, des déclarations singulières vinrent troubler particulièrement leur petite discussion, des annonces faites par la télévision. Une chaîne spéciale, que Kyou ne regardait jamais, parlait justement de l'idole. Pour annoncer son décès ? Non, du tout. Pour annoncer sa venue sur le plateau. Intrigué ou amusé, l'adolescent se tourna pour voir de quelle genre d'émission il s'agissait. Quelle coïncidence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Reika

Nombre de messages : 347
Pseudo : Meadow.
Surnom : Forte Poitrine
Âge du personnage : 17 - 18 ans à priori

Fiche Technique
Points:
7/100  (7/100)
Missions:
1/4  (1/4)
Équipement/Armement: Combinaison & X-Gun

Dim 24 Jan 2010, 20:43

Sous cet aspect glacial, le visage de la demoiselle se crispa davantage lorsque Sakyo aborda la mort des autres personnages de la chambre. Au nom de Saki, Reika cru qu’elle allait fondre en larme. C’était sans doute la première personne avec qui elle avait entretenu un (court, vraisemblablement) véritable rapport humain. Elle aurait tellement aimé la connaître encore plus, et pouvoir partager de véritables moments avec elle. Elle s’était imaginée amie avec elle, et désirait plus que tout pouvoir partager des choses avec elle.

Dans un soupire inaudible, sa carapace de givre se mit à fondre, pour laisser un air mélancolique sur son visage.

    « S’il est si résistant … On y arrivera jamais … »

Dépourvue de tout espoir, ses longs cheveux ébène vinrent balayer la table basse.
Soudain, elle sentit un contact chaud et doux sur son épaule. D’un air hésitant, elle releva le visage, et planta son regard dans celui de Kyou. Non, elle ne rêvait pas, c’était bel et bien lui qui venait de lui offrir un geste réconfortant. Elle se sentait renaitre, et son corps se redressa instantanément, beaucoup plus tonique. Elle avait l’impression d’avoir avalé des multiples vitamines, et d’être rechargées à bloc. Les yeux écarquillés, elle continua d’observer l’androgyne, sans mot dire. Après un court silence, elle articula difficilement.

    « Merci … »

Une fois de plus envoutée par le charme sans limite du jeune adolescent, l’idole resta toute chose. L’attention de la pièce se reporta sur la télévision, qui cette fois-ci diffusait en exclusivité un programme ou Reika, elle-même y était conviée. Celle-ci resta incrédule, jusqu’à ce que le jingle de l’émission s’affiche, que le présentateur vienne animer la foule, et que le visage de Reika se torde dans une horrible grimace de terreur.


C’était impossible. Elle devait rêver, à coup sûr. Bouchée bée, elle secoua nerveusement la tête et resta fixée devant l’écran.

    « Ce soir, chers téléspectateurs, voici la magnifique, la sublime Reika, en direct dans notre émission !! »

Sous les applaudissement du public en délire, la Reika sur le plateau de télévision affichait son habituel sourire charmeur, et était vêtu d’une robe très tendance qui mettait en valeur absolument toutes ses formes. Maquillée à la perfection, et dotée d’une coiffure plutôt sobre mais qui lui allait on ne peut mieux, elle resplendissait sous les projecteurs. De petits gestes timides, elle salua la foule.

    « C’est … C’est … IMPOSSIBLE ! »

Une main devant la bouche, l’idole n’en revenait toujours pas. Cette émission se passait en direct même. Cela voulait dire, qu’au moment où l’émission se diffusait, elle était exactement sur ce plateau TV. Mais c’était impossible : elle était morte !
Complètement paniquée, elle cru perdre la tête. Cette robe, si belle, elle l’avait essayé cette matinée même pour être sûr qu’elle lui allait convenablement. Comment une copie identique d’elle pouvait se trouver sur ce plateau ?!

Cette copie commença à parler, répondant aux questions du présentateur. La plupart étaient sur sa carrière, d’autres sur le prochain film dans lequel elle devait jouer, et certaines sur sa vie privée. Complètement abasourdie, elle ne comprenait vraiment pas ce qui pouvait se passer.


« You, you give me something,
Something that nobody else has got !
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Sakyo Jinnai

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t219-sakyo-jinnai-valide
Nombre de messages : 1071
Pseudo : Sakyo
Surnom : Héros abandonné
Âge du personnage : 19

Fiche Technique
Points:
51/100  (51/100)
Missions:
3/6  (3/6)
Équipement/Armement: Y-Gun (+déclencheur), X-Gun, Contrôleur, Combinaison, Manteau, Masque à gaz, Talkie-Walkie, Trousse de soin dans sac à dos.

Dim 24 Jan 2010, 21:47

En énonçant tout ce qu'il avait vécu face à l'alien, l'oppression du moment était de plus en plus forte. Sakyo se souvenait de ce combat et même des autres. Toutes ces fois où il s'était battu, il s'en était sorti parce qu'on le sauvait ou parce qu'un autre de ses alliés était la cible des créatures. Et surtout, face au Stoned, si le délai n'avait pas été là, il aurait sans aucun doute était transpercé pour finalement voir son propre cœur se faire dévorer. Oui, cette créature avait tout à fait l'air invincible: et pour preuve, le plus fort d'entre n'avait même pas été capable de lui porter le moindre coup...
Pourtant, Kyou avait très bien écouté les dires de Sakyo. Et très vite, il fit des conclusions qui s'avéraient tout à fait plausibles. Casser son rythme de régénération... faire un travail d'équipe pour qu'il n'aie pas de temps de se soigner... scanner son cœur plutôt que sa tête... C'était pourtant évident! Mais l'écrivain n'avait même pas été capable de penser à tout cela dans un tel moment. Après tout, sa vie était en danger, et la seule chose qui l'avait mené à finalement attaquer ce monstre était la colère. D'autant plus que son allié du moment, Antonio, était un homme qui agissait en solo.
Certes, durant cette bataille, Sakyo s'en souvenait, l'européen lui avait demandé de faire diversion. Mais seulement dix secondes étaient en jeu le travail d'équipe n'avait pas été suffisamment travaillé pour être efficace. En y repensant, le romancier se rendait compte de l'absurdité de la situation... Le plus fort demandait de l'aide au plus faible uniquement parce qu'il en avait besoin. L'utiliser comme appât pour finalement récolter les points, en gros...

Dans tous les cas, le problème de la survie du monstre déboucha sur le fait qu'ils avaient le nécessaire pour s'entraîner. Il restait bien entendu à espérer que Reika aie les armes nécessaires pour un entraînement un peu plus polyvalent (un X-shotgun aurait été idéal). Commencer l'entraînement demain était aussi idéal... Encore fallait-il que Sakyo puisse rentrer chez lui se reposer un peu tant la nuit avait été longue. Et dormir, c'était une chose qu'il ferait avec difficulté en sachant qu'un ennemi était là, dehors, sans doute en train de le chercher...
Mais il se sentit vite rassuré quand Kyou consola Reika, pauvre fille abattue. Oui, elle était bien loin de son statut d'idole, maintenant elle était impliquée dans quelque chose qu'elle ne pouvait pas expliquer. Heureusement, l'androgyne avait su trouver les mots et ajouter un victorieux "tant qu'on reste unis et soudés, on survivra". Une affirmation qui sut remettre d'aplomb l'écrivain qui était encore bien angoissé.


"Oui. On devra frapper. Et fort."

Suite à cela, l'attention de ses deux amis se tourna vers la télévision qui annonçait la venue de Reika sur un plateau télévisé. Sakyo ne connaissait pas grand chose à cela, mais amusé, il en conclut qu'elle aurait malheureusement des comptes à rendre à son agence. Après tout, cette nuit mouvementée devait lui avoir épargné la foule. Mais c'est en voyant le visage de Reika, littéralement tordu, qu'il comprit ce qu'il se passait...
En effet, à la télé, c'était bien Reika qui apparaissait... Une émission enregistrée? Non... le panneau "direct" s'affichait bien en haut à droite de l'écran... Mais qu'est ce que cela pouvait signifier? Aucune réponse n'était donnée, et c'était aussi ce que devait imaginer la Reika assise en face de lui...


"Mais enfin, Kyou! Tu nous l'a justement dit! Les corps défunts disparaissent, non?"

Mais quel était donc l'original? C'était une des questions qu'ils devaient désormais se poser, puisqu'elle était censée être morte. Percutée par une camionnette, n'est-ce pas? Mais alors qui est morte à sa place puisqu'une autre était en vie? Cela n'avait aucun sens... Mais malgré tout, Sakyo comprit que la Reika qui était avec eux devait désormais quitter un monde qui ne lui était plus destiné... Si l'original était en vie, elle, qui était une copie devait aussi vivre la sienne, aussi difficile que cela puisse paraître. Il allait devoir trouver les bons mots pour la réconforter... et même s'il était un écrivain et qu'il utilisait facilement ces mots, cela serait difficile...

"Reika... Peut-être que tu n'es plus comme avant, que ce que tu viens de vivre t'a changée... Cette copie de toi existe aussi... Mais cela ne veut pas dire que tu ne peux pas vivre normalement... Je ne dis pas que ce sera facile, mais tu ne dois pas baisser les bras. Je sais que tu pourras t'adapter à cette nouvelle vie. C'est certain."

Il se leva. C'était à son tour, maintenant, de faire son possible pour rassurer les autres. Il avait entendu suffisamment parler de ces points pour avoir une idée de ce qu'il fallait faire.

"Tu sais quoi? C'est comme l'a dit Kyou. On va rester soudés et on va survivre ensemble. On réussira à atteindre les cent points. Et quand ce sera le cas, je suis sûr que tu pourras revivre comme avant. Tu ressusciteras, et tout rentrera dans l'ordre."


Ce n'était pas qu'une illusion. Cette douleur, je la sentais. Et ma peau, déchirée, mes cris, étranglés, je les entendais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/

Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

[A5 - Hanaki Kyou, Reika, Sakyo Jinnai, E-Emission] Retour à une réalité éphémère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Le president Rene Preval dans l'emission Internationales de TV5MONDE ...
» Reika Maeta [terminée]
» La Voix du Peuple : Emission du 23/10/15
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» for a woman president !!!!
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gantz ROH RPG ::  :: RP hors-mission :: Tokyo :: Habitations-