PLAYLIST DE GANTZ !


Partagez|

[A7 - Gantzer A7 ] Morts et transferts - Everybody

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

• Dieu Suprême •
avatar
Gantz.

Nombre de messages : 2433
Pseudo : Gantz
Surnom : Gantz
Âge du personnage : Des décennies...

Fiche Technique
Points:
1000/1000  (1000/1000)
Missions:
1000/1000  (1000/1000)
Équipement/Armement: Vos vies mes fidèles soldats.

Sam 14 Mai 2011, 17:49



Voici venu le temps.
En cette nuit du 11 Novembre 2009, 20 heures, j'ai besoin de vous.
Fidèles soldats, humains, répondez à l'appel...
Revenez en mon sein, et combattez pour moi.
Amusez-moi, une ultime fois !

[ Ce sujet a pour but de recueillir SANS EXCEPTION tous les messages de mort des nouveaux - les Jeunes Abrutis, ainsi que tous les messages de transfert des vétérans - les Vieux Cons, qui se sont présentés Ici. Quiconque n'aura pas répondu à la suite, une fois le délai d'une semaine passé après la date annoncée, se verra retiré de la liste des participants.
Les morts sont prioritaires. ]


Et en musique, s'iouplaît !




Dernière édition par Gantz le Mar 17 Mai 2011, 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Dieu Suprême •
avatar
Gantz.

Nombre de messages : 2433
Pseudo : Gantz
Surnom : Gantz
Âge du personnage : Des décennies...

Fiche Technique
Points:
1000/1000  (1000/1000)
Missions:
1000/1000  (1000/1000)
Équipement/Armement: Vos vies mes fidèles soldats.

Sam 14 Mai 2011, 22:02


    Parmi la multitude de bus qui sillonnaient constamment la mégapole de Tokyo dans tous ses recoins, un en particulier serait ce soir témoin d'un phénomène extraordinaire.
    Le bus 04 roulait tranquillement au milieu des autres automobiles. Il était 20 heures, et pourtant la circulation était plutôt fluide à Shinjuku. Les grosses roues du bus Tohei tournaient lentement au fur et à mesure de son avancée. Son conducteur était d'un naturel prudent, mais les soupçons qu'il nourrissait à l'égard de son épouse vis à vis d'un éventuel amant l'avaient rendu insomniaque. Les passagers étaient calmes, le bus était silencieux. Seuls les quelques klaxons en dehors et les animations extérieures faisaient écho.

    Casque audio sur les oreilles, Honoka Watanuki, étudiante de quinze ans était face à la vitre du milieu. Elle écoutait une de ses chansons favorites, Hot Limit, tout en observant sagement le paysage urbain défiler sous ses yeux.


    Un autre garçon observait, mais pas le même tableau. Takumi Kaizu avait la quinzaine lui aussi, partageait la même classe et les mêmes cours particuliers, qu'ils venaient de quitter. Amoureux, si tant est qu'à son âge la notion n'est pas frêle et abstraite, il fantasmait naïvement sur Honoka depuis des années, sans jamais parvenir à lui déclarer sa flamme, ni même un seul mot. Aujourd'hui, il comptait briser cette timidité, descendre à son arrêt et lui adresser ses sentiments...


    *Ce soir, je vais le faire... Honoka... ce soir, je vais t'avouer tout ce que je ressens pour toi !*

    Un peu plus loin, un autre parti convoitait également l'adolescente. Il ne s'agissait pas d'amour, mais du regard lubrique de Tsutomu Ryuuzaki, connu pour sa tendance au viol et à la violence. Un personnage détestable.


    *Pas mal, petite salope... hé hé, regardez-moi cette jupe... je suis sûr que tu es du genre à crier comme une folle quand on te prend par derrière et...*

    Il fut interrompu dans ses pensées abjectes en percutant quelqu'un, alors qu'il tentait de s'approcher de sa proie. Furieux, il se tourna vers le concerné.

    "Putain ! fais gaffe où tu... ?!"

    En découvrant son interlocuteur, le binoclard se renfrogna et passa son chemin.


    De son regard hautain, Kyohei Takano, jeune mannequin mesurant un beau mètre quatre-vingt suivit le déchet qui venait de le bousculer. Il détestait les transports en commun à cause de ces types. Ces gens. Il attirait forcément le regard, avec son charme naturel et son look de cowboy.
    A quelques sièges de là, un individu beaucoup moins gracieux était aux aguets. Derrière son air nonchalant, Hazama Nobunaga veillait à ce que personne ne le remarque dans son méfait. Du panier de la femme assise devant lui, le voleur dérobait friandises et compagnie. Mais il visait beaucoup plus important.


    Inconsciente du délit, Yuka Yameda, jeune femme fraîchement célibataire rentrait des courses. Elle envisageait déjà sa soirée solitaire, mêlant ses séries américaines, son repas médiocre et ses pensées mélancoliques. Une triste routine.


    Spectateur du larcin, Setsuna Mudo n'en était pas moins choqué pour autant. Comment pouvait-on être aussi médiocre ? Détaillant la scène, le garçon mesquin partit à la recherche de sa propre victime.


    Il était au fond du bus et trouva une tête de turc idéale, juste en face de lui.

    *Il n'y a vraiment qu'à tendre la main pour tomber sur une bonne pomme... Tu me fais pitié, sale merde. Tellement inutile. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir te faire subir, à toi ?*

    Et pendant qu'il machinait de cruelles entreprises, Ryoshi Morino détourna rapidement les yeux. Il avait l'habitude qu'on l'ennuie, qu'on l'intimide ou qu'on le chahute. C'était une victime, qui faisait tout pour passer inaperçu, et qui y parvenait la plupart du temps. Il était quasiment transparent. Quasiment n'était pas suffisant. Il aurait aimé disparaître pour de bon.



    Toutes ces pauvres personnes parmi tant d'autres, faibles et insignifiantes, viles et insouciantes, s'observaient dans la confusion la plus totale. Ils s'éprouvaient, s'admiraient, se désiraient, se haïssaient, se cachaient, s'enviaient, se moquaient... Tout ceci prendrait fin tôt ou tard.
    Et pourquoi pas maintenant ?
    Le conducteur ne vit pas l'obstacle venir, comme il n'avait pas vu sa femme le tromper. Les deux points engendreraient des conséquences dramatiques, à des échelles très différentes.

< BOUM >

    Le choc fut d'une violence inouïe. Dans une explosion de tôle froissée, de verre, d'étincelles et de métal déchiqueté, l'impact contre les remparts en béton d'un parc pour enfants souleva le bus entier qui plana sur un angle de quatre-vingt degrés, menaçant de faire d'innombrables victimes, innocentes ou non.
    La Faucheuse est impartiale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Hisashi Takeda

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t724-takeda-hisashi#15841
Nombre de messages : 47
Pseudo : Ginko
Âge du personnage : 20 ans

Fiche Technique
Points:
0/0  (0/0)
Missions:
0/0  (0/0)
Équipement/Armement:

Dim 15 Mai 2011, 10:54



    Hisashi avait passé son après-midi dans ce parc pour enfants.
    Pourquoi ? Depuis qu'il avait vu, lu et entendu que la recrudescence de la pédophilie au Japon était un fait avéré, il s'était mis en tête de s'occuper des prédateurs. Il aurait très bien pu se diriger à l'entrée d'une maternelle ou d'une école primaire, mais il était toujours moins suspect assis sur un banc à siroter une brique de jus de raisin comme si de rien n'était. Il avait l'air d'un simple étudiant, vêtu d'une chemise blanche et d'un pantalon noir assorti aux chaussures.

    *Encore une journée perdue...*

    Il soupira. Regarder des enfants brailler, des chutes, des disputes, des commères... c'était comme observer ce monde en miniature, et se dire que les crevettes ici présentes grandiraient et finiraient la plupart du temps comme leurs géniteurs. Rien d'intéressant. Désabusé, Hisashi laissa retomber sa tête en arrière, observant un instant le ciel brumeux, sans lune ni étoiles. Il se leva en s'étirant.
    Sur sa gauche, un bruit infernal. En sursautant, il se tourna vers la source du vacarme et découvrit un bus qui volait droit sur lui. Panique générale. Les yeux écarquillés, Hisashi inspira et opposa ses deux mains tendues devant lui. En quelques secondes, le bus s'était arrêté à quelques mètres, lévitant comme par magie. Un corps traversa la vitre avant et s'écrasa brutalement au sol, en charpies. Les débris de l'impact tombaient autour d'Hisashi, du verre tranchant qu'il stoppa également à la dernière seconde. Comme au ralenti, tout était figé.

    Le bruit était infernal. Le son du métal craquant sous la pression et le poids, les cris à l'intérieur du bus ainsi qu'à l'extérieur, juste derrière lui. Les mères affolées attrapaient leurs enfants et en même temps restaient figées devant l'action incroyable qu'il exécutait.

    *Eh bien, eh bien... un bus entier... je ne pensais pas que c'était possible...*

    Il ne pouvait même plus penser clairement. Toute sa concentration était rivée sur l'énorme bolide, à un tel point que les répercussions se firent très vite sentir. Des veines marquées entourèrent progressivement ses yeux et le sang coulait aussi bien de ses narines que de sa bouche, tâchant sa chemise impeccable. Hisashi avait l'impression de se liquéfier et de s'enfoncer dans le sol. Il ne tiendrait pas éternellement.
    Certainement pas dix secondes de plus.
    Il fallait qu'il retienne l'engin encore un moment, pour que ces idiots d'humains daignent s'éloigner. Son action suicidaire aurait au moins servi à quelque chose ainsi. Il hurla, s'étouffant dans ses gerbes sanglantes.

    "PUTAIN... Dé... GA... GEZ !!!"

    Maintenant, à l'instar de la face avant du bus qui se comprimait lentement, le jeune homme pouvait sentir ses organes se serrer, comme s'il allait imploser. Il résistait encore. Il lui aurait été plus facile d'éviter la catastrophe dès le début, mais son instinct l'avait poussé à intervenir en considérant les lieux. Ces gosses l'avaient tué. Et peut-être ses réflexes, ou son instinct de survie puisque, occasionnellement, il s'était retrouvé au mauvais endroit, au mauvais moment...
    Impossible de se mouvoir tout en retenant une telle charge. Impossible de mouvoir cette même charge. Il savait pertinemment que tout était fini. Il connaissait ses limites. Dès qu'il lâcherait, le bus l'écraserait tel un insecte. A l'échelle humaine, c'était comparable à soulever une haltère de 200 kilos, la lancer en l'air et attendre qu'elle atterrisse...

    *Fais chier...*

    Et il lâcha.
    9 secondes 37.
    Même pas 10 secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chambre X

Chambre X
avatar
Goro Suzuki

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t430-goro-suzuki-valide
Nombre de messages : 98
Pseudo : naossano
Surnom : Vieux Sénile
Âge du personnage : 79 ans

Fiche Technique
Points:
0/0  (0/0)
Missions:
1/2  (1/2)
Équipement/Armement: 1 X-Gun, 1 Y-Gun, Combinaison

Lun 16 Mai 2011, 21:28

19h58 Hôpital Higashikuni : Chambre de Goro Suzuki, ancien ministre


Television

- "...malgré ces dissensions, le ministre de l'intérieur Toshiro Harada entends maintenir son plan sécuritaire. Depuis le mois d'août, le nombre policiers a augmenté de 20%, essentiellement à Tokyo et Osaka..."

* Tout ça pour une menace invisible. Ce briscard tient à me faire passer pour un incapable ! ! ! *

De son lit d'hôpital, le vieux politicien se prenait à oublier, ne serait-ce qu'un instant, qu'il avait déjà quitté le monde politique, depuis déjà trois mois. Malgré sa maladie, son grand âge et sa relative nonchalance, il était encore persuadé de pouvoir encore occuper le poste d'un homme tel que le grand Harada. Lui qui en était à pisser dans un tuyau et à perdre chaque jours, ses cheveux par grappes, voilà qu'il en perdait le sens des réalités. Il avait déjà téléphoné à son successeur au moins trente fois, pour lui rappeler que la menace chinoise représentait encore à ce jour un plus grand risque, qu'un quelconque groupe terroriste, aux actions invisibles et mineures, et qu'il était inutile de disposer d'autant d'hommes, si la moitié d'entre eux étaient incapable de réciter les faits d'armes du grand Tomoyuki Yamashita. Mais l'ancien membre des services secrets japonais, formé à l'américaine, tendait constamment à voir l'ennemi à l'intérieur, même là où patriotisme et valeurs nationalistes étaient de mise. Ainsi, Toshiro Harada croyait davantage aux services de renseignements privés, qu'à celle de l'armée d'auto-défense, négligeant la force que Suzuki avait tant soutenu pendant ses 15 années de mandat. Que se passera-t-il si les américains et les chinois unissaient leur forces contre l'archipel ? Cela, Goro Suzuki, ne préférait pas le savoir. Qu'il soit emporté par les Kami, ou qu'il reprenne son poste, l'inaction actuelle lui était insupportable...

Télévision

- "... Sans plus attendre, interrogeons le ministre lui-même..."



- Damare kawarimono ! ! !


Lançait le vieil homme, en éteignant son écran de Télévision, énervé par l'annonce de la journaliste. Il fallait qu'il parle au premier ministre, qu'il lui sommes de virer cet incapable, pas digne du nom de ministre. Tenaillé par une douleur à la poitrine, l'ancien ministre se redressa péniblement, arrachant un à un ses intraveineuses.

- "Maudit chien de Sagishi. Tu vas..."


Incapable de terminer sa phrase, le politicien s'écroula comme une masse sur le sol carrelé de l'hôpital.Sa douleur à la poitrine s'accentuait, alors que le doyen peinait à se redresser.


* Pas maintenant. Il faut que ça revienne...*


Parvenant à attraper le combinet, sur sa table de chevet, le politicien composa péniblement le numéro du service des urgences. Au bout du fil, une voix pré-enregistrée.

- Vous êtes bien au service d'urgence de l'hôpital Higashikuni. Veuillez patienter quelques instants. Un infirmier va vous prendre en charge...


- Yuka-san. C'est Suzuki... J'ai encore... A la poitrine... Vite ! ! !


Sur ces mots, l'homme retombe lourdement sur le sol.


* Encore un mois, et je serais guéris... Oui, tout ira bien...*


Pensa le politicien, alors que son cœur cessait doucement, toute activité...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Ameko Shimaoka

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t645-shimaoka-ameko-valide
Nombre de messages : 149
Pseudo : Feather
Surnom : Molécul-à-l'air-sensei
Âge du personnage : 31 ans

Fiche Technique
Points:
0/100  (0/100)
Missions:
1/7  (1/7)
Équipement/Armement: Combinaison, X-Gun dans holster droit, Y-Gun dans holster gauche, Contrôleur, Trousse de premiers secours en bandoulière

Lun 16 Mai 2011, 23:54

Debout dans le métro bondé de l'heure de pointe, appuyée contre la cloison, Ameko somnolait, bercée par le rythme de l'engin, vérifiant de temps à autres distraitement qu'elle ne dépassait pas sa station. La journée n'avait pas été de tout repos, et elle venait de s'achever par deux heures d'amphi à parler de structures cristallines, de groupes de Laué et autres réseaux réciproques à des élèves de première année un peu perdus, suivies d'environ une demie-heure à répondre aux questions de plusieurs d'entre eux. Autant dire qu'elle avait besoin de repos. Elle était d'ailleurs d'autant plus contente de rentrer qu'elle n'allait pas chez elle, mais chez Ayame.

Enfin, la station à laquelle elle s'arrêtait arriva, et après quelques contorsions pour suivre la vague sortant de la rame, elle arriva sur le quai, puis suivit la foule vers la sortie. Le vent frais qui l'attendait en dehors acheva de chasser le brouillard dans lequel se trouvait son esprit après la routine des transports en commun, et elle se mit à marcher d'un pas plus décidé. Elle était à ce moment une parmi des centaines, rentrant simplement du boulot après une journée normale, ne se doutant pas une seconde que son existence entière allait être chamboulée dès ce soir.

"Tadaimaaaaaa"
lança-t-elle, soulagée, en franchissant la porte.

Un "okaeri" quelque peu distrait mais tout de même enjoué lui fit réponse alors qu'elle retirait ses chaussures. Ayame était installée à son bureau et corrigeait des copies, elle se retourna à l'approche d'Ameko qui déposa un baiser sur ses lèvres en guise de "bonjour".

"Tu corriges quoi?"
"Hm, tu sais, je t'avais dit, comme on est le 11 Novembre j'ai fait faire à mes secondes une petite rédaction sur l'empire Britannique dans la Première Guerre Mondiale."
"Tu m'as dit ça, toi?"
"Oui, mais tu ne m'écoutes pas quand je parle."


Ameko répondit à cette dernière remarque par un regard noir, avant d'enchaîner:

"Bah, de toute façon moi aussi j'ai du boulot, j'ai vraiment l'impression de ne pas avoir asses d'heures pour faire mon cours avec les deuxième années, je suis déjà un peu en retard par rapport à mon planning et je n'ai même pas fini de parler des différents appareils de fluorescence X..."
"Tu es censée leur présenter les machines?"
"Techniquement c'est aux enseignants de TP de le faire mais je trouve quand même que c'est mieux pour voir un peu de quoi on parle et puis c'est intéressant quand même et..."


à ce moment là elle remarqua qu'Ayame la fixait avec un regard qui voulait dire "je crois que tu sais pourquoi tu es en retard"

"Hm, ouais, bon, d'accord..."

Elle sortit son cours et commença à l'examiner distraitement, avant de laisser son regard dévier vers l'heure : il était un peu moins de 19h.

"On peut manger, avant, sinon..."
"Ouais, si tu veux. Tu cuisines?"
"Pas de problème!"


Finalement au bout de quelques questions sur "où tu ranges ça déjà?" - destinées, elle en était sûre, à la faire venir, Ameko était distraite mais avait une bonne mémoire, et elle avait déjà cuisiné plusieurs fois dans cet appartement - Ayame vint prêter main forte à la scientifique...

Le reste de la soirée se passa dans une routine confortable, Ayame corrigeait ses copies avec soin, Ameko retravaillait son cours et écrivait au crayon de papier des petits mots stupides dans les marges des copies de cette dernière, qui répondait par de petits dessins au stylo rouge sur ses feuilles avant d'effacer le crayon sur les siennes. Normal pour deux enseignantes trentenaires...
Ameko se sentit cependant vite fatiguée, et décida de se coucher tôt, espérant avoir assez modifié son cours pour ne plus perdre de temps tout en donnant les informations utiles. Sa compagne, ayant corrigé plus de la moitié de ce qu'elle avait à faire, décida de la suivre, elle n'avait pas très sommeil mais pourrait toujours lire au lit.

Après s'être un peu blotties l'une contre l'autre et s'être dit bonne nuit, Ameko se tourna et trouva bien vite le sommeil, alors qu'Ayame se plongeait dans un livre. Il ne lui fallut cependant pas plus de deux pages pour sentir à son tour le sommeil la tirailler. Elle posa sur la table de nuit son livre et ses lunettes et se coucha à son tour.




_________________________________________________________________________
Ameko montait des escaliers en colimaçon, les marches étaient de simples plaques de métal sortant d'une colonne noire et brillante, qui lui renvoyait son reflet. Autour d'elle et entre les marches elle voyait le ciel, des nuages, elle ne voyait pas le sol mais tout était teinté de rouge, comme au crépuscule, et il lui semblait que la lumière du soleil venait d'en bas.

Elle marcha ainsi pendant ce qui lui sembla être une éternité et sans savoir pourquoi, elle savait juste qu'elle devait monter. Elle jeta un œil sur la colonne à côté d'elle, elle lui renvoyait d'elle une image légèrement déformée, comme dans un miroir convexe. C'est en regardant ce reflet qu'elle réalisa qu'elle était nue, mais ne ressentait ni le vent ni même le froid du métal sous ses pieds, la colonne, par contre, était lisse et froide.

Sans vraiment savoir comment elle arriva en haut de cette sorte de tour, pour se retrouver sur une large plaque de verre transparent. Elle se pencha un peu pour voir ce qu'il y avait à l'intérieur de la tour et vit des silhouettes brillantes marchant à différents niveaux, sur un sol qui n'existait pas. Elles semblaient faites de gel transparent, renvoyant beaucoup plus de lumière qu'elles n'en recevaient dans cette tour aux parois noires, uniquement éclairée par la plateforme où Ameko se trouvait et, songea-t-elle, peut-être par le bas aussi, le soleil semblant s'y trouver...

Lassée de cette observation, Ameko se releva et regarda autour d'elle, le paysage qui n'en était pas vraiment un n'avait pas changé, à l'exception que les nuages semblaient un peu plus sombres. Regardant plus attentivement elle remarqua qu'il s'était mis à pleuvoir... Vers le haut. Cela expliquait qu'elle n'ait pas senti la pluie puisqu'elle était protégée par la tour, mais son esprit commença grâce à cet évènement à intégrer le fait qu'elle était bien dans un rêve. Elle s'approcha du bord et tendit la main pour toucher la pluie, qui était tiède et lui sembla noire au premier abord, mais quand elle fit quelques pas en arrière et regarda de plus près elle remarqua qu'elle était rouge foncé...

Sentir le verre se briser sous ses pieds ne l'étonna pas outre mesure.
_________________________________________________________________________
Assise sur un sol glacé dans une pièce extrêmement sombre, Ameko se sentait oppressée, comme en danger, elle essaya de se lever mais n'y parvenait pas. Alors que ses yeux tentaient de s'habituer à l'obscurité, ses autres sens tentèrent de lui apporter d'autres informations. Le sol était poisseux, glissant, et froid, mais l'air était tiède et humide, cet endroit ne semblait pas avoir d'odeur et le silence était assourdissant, le genre de silence qui n'existe pas dans la nature, elle n’endentait même pas sa propre respiration, ni les battements de son cœur.

L'obscurité sembla se dissiper progressivement, mais elle aurait préféré que ce ne soit pas le cas. Sur le sol autour d'elle étaient étendus des cadavres, des dizaines de cadavres, démembrés, défigurés, décapités... De ces corps s'écoulait une importante quantité de sang qui, comme tout à l'heure, ruisselait vers le haut, et formait une grande flaque au plafond. Elle pouvait sentir la peur, glacée, courir dans ses veines, et les larmes tièdes couler sur ses joues.

Retrouvant quelque peu l'usage de son corps, Ameko sentit sa respiration se faire plus difficile, et son cœur s'accélérer dans sa poitrine. Elle se leva tant bien que mal, ce qui lui permit malheureusement de mieux voir les corps autour d'elle. Certains étaient nus, dans des positions grotesques, elle crut même en voir deux en plein coït, d'autres étaient habillés mais dans un état effroyable, le visage broyé, la poitrine arrachée, coupés en deux, tous étaient méconnaissables, sauf un.

Un qui retint son attention, un qu'elle parvenait à reconnaitre, un qui était un peu moins abîmé que les autres.

Ayame.

Elle voulut crier, partir, se réveiller, tout de suite. Elle tomba à genoux et hurla aussi fort qu'elle pouvait, mais elle n'entendait toujours rien.
_________________________________________________________________________
Elle s'enfonçait à toute vitesse dans une étendue d'eau, comme après un plongeon, dont elle ne se souvenait pas. D'ailleurs, de plongeon, il aurait plutôt été question d'une bombe, car elle était recroquevillée sur elle-même, presque en position fœtale.

Ouvrant les yeux, elle réalisa que l'eau qui l'entourait était teintée de violet, elle était tiède et agréable, et malgré les bulles qu'elle voyait monter au dessus de sa tête, elle n'était pas à cours d'oxygène. C'était comme si elle pouvait respirer ce liquide, et ensuite recracher des bulles d'air... Outre les bulles des sortes de copeaux de métal violet surnageaient dans le liquide, réfléchissant une lumière venue d'on ne savait où.
Elle essaya de nager pour remonter à la surface, mais ne semblait pas avoir de prise sur le liquide, et s'enfonçait inexorablement. Elle essaya donc de voir si elle pourrait aller plus vite vers le bas, l'air ne semblant pas être un problème, mais ce n'était pas le cas non plus. Elle resta donc passive et attendit de toucher le fond. Elle se sentait en sécurité et le sentiment de terreur qui l'avait pétrifiée tout à l'heure s'était dissipé, même les images semblaient ne plus produire en elle la peur tout naturelle qu'elle avait ressentie. La descente était lente, calme et assez plaisante...

Le liquide dans lequel Ameko surnageait changea peu à peu de couleur, passant de violet à un jaune doré, pour finir vert émeraude, c'était vraiment très beau.
Elle finit par atteindre une sorte de fond, et arriva allongée sur le côté contre celui-ci, qu'elle sentait la réceptionner doucement. Il était dur et froid, on aurait dit du parquet. Sa vision se troubla puis s'obscurcit, rapidement elle ne voyait plus rien, et ne ressentait plus rien non plus.



[Je rappelle qu'Ameko meurt d'une rupture d'anévrisme, d'où le rêve bizarre]


Dernière édition par Ameko Shimaoka le Mar 17 Mai 2011, 12:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Takagi Akimitsu

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t726-takagi-akimitsu
Nombre de messages : 37
Pseudo : Sakyo

Fiche Technique
Points:
0/100  (0/100)
Missions:
0/7  (0/7)
Équipement/Armement: Combinaison, Contrôleur, Y-Gun, Gantz sword dans un holster sur le bras gauche, X-Shotgun en main.

Mar 17 Mai 2011, 11:46

[Lien vers le sujet précédent: http://gantz.forumpro.fr/t729-a7-takagi-akimitsu-pnjs-la-septieme-evasion]

Le simili combat fut bref, mais ce fut un véritable calvaire pour Takagi qui sentit son visage littéralement laminé par les assauts maladroits de son comparse. Et même s'il avait subi de nombreuses blessures auparavant, volontaires ou non, jamais il n'eut ressenti autant de mal en si peu de temps. Après les quatre attaques qui l'avaient défiguré, la douleur fut si intense qu'il ne se retint même pas pour engueuler son pseudo-adversaire.

"PUTAIN! MAIS TU SAIS PAS VISER?"

Obaka comprendrait, mais ayant une notoriété de personnage loquace en toute situation, sans doute que les autres prendraient cela comme une autre provocation. Quoiqu'il en soit, Takagi tenait les restes de son œil dont il pouvait voir les humeurs se déverser sur le sol, se mélangeant ainsi à tout ce sang qu'avait engendré l'affrontement. Et bien que cela lui donne une courte envie de vomir, il en rajouta une couche en retirant le tesson de verre planté sous sa langue, ce qui déversa encore plus de sang sur le carrelage de la cantine.
Se tournant un instant vers son complice, il n'eut qu'une envie: celle de le frapper encore une fois. Mais il se rappela vite le but de la manœuvre et lui lança ce qui pouvait ressembler à une dernière provocation, mais qui n'en était pas une.

"Souviens toi de ce que je t'ai dit, Subilu!"

Puis il sentit les gardiens entourer ses épaules et sa taille, l'éloignant de son "ennemi" alors qu'il continuait de lui lancer cela. Il était emporté. Et les choses allèrent tout de suite très très vite...


Toutes ses sensations semblèrent altérées, comme si la destruction de son œil avait touché tous ses autres sens, comme lorsque l'on parle des aveugles qui développeraient tous leurs autres sens. Sauf que là, c'était tout simplement comme s'il était littéralement stone. Les sons lui parurent tous sourds, et il sentait comme si sa tête se compressait avec le pied d'un géant nommé "Douleur" qui serait en train de la lui écraser, sans parvenir à aller plus loin dans son acte. La sirène de l'ambulance par contre, il put la percevoir plus loin. Mais c'était plutôt la "Sirène" qu'il entendait, justement. Un chant magnifique, mais extrêmement répétitif. L'odeur du pot d'échappement du véhicule vint immédiatement à ses narines et le fit tousser gravement, alors qu'il entendait une seconde ambulance arriver pour son comparse.
Puis il sentit son corps soulevé par ce qui semblait être une... bonne vingtaine de doigts. Là, dans l'ambulance, il semblait y avoir plus encore de bruit. Et lorsqu'il ressentit une aiguille se planter dans sa main, il lui sembla que tout le sang qui s'était concentré dans sa tête allait se déverser dans se paume pour lui créer une gigantesque paluche. Comme celles des premiers personnages de Disney, tous pourvus de gants par soucis de détails. Et d'ailleurs, tout les détails autour de lui semblaient devenir un peu plus grossier. Il y avait un écran qui faisait "bip bip", ressemblant d'avantage à une télé plutôt qu'à ces machines sophistiquées qu'on trouve en hôpital. Et les bips, c'était quand même bizarre, mais ils n'étaient pas réguliers: on aurait dit le rythme d'une chanson. Celle qu'il entendait depuis qu'il avait été emmené par les gardiens. Après, la raison pour laquelle elle était là, il ne la comprenait pas. Mais il eut de drôles de pensées en voyant les gens autour de lui.
Comme lorsqu'il était petit, ils étaient tous gentils avec lui et ils prenaient soin de lui. Mais sans comprendre pourquoi, il pensa à eux comme étant une famille de belettes... D'ailleurs, il s'en étonna lui-même, de ses pensées. Il ne les voyait pas comme s'il hallucinait encore, mais il sentait que ses pensées n'étaient pas cohérentes, qu'il perdait la tête. Cependant, il n'eut pas trop le temps de se concentrer sur ça. Vite, il comprit qu'il était déjà arrivé à l’hôpital. A ce moment là, comme un type bourré qui se verrait en présence des forces de l'ordre, il concentra toute sa force pour paraître sobre et réussir à faire et dire des choses cohérentes. Et cette force, il l'utilisa pour une chose qui aurait pu paraître aussi logique que l'esprit d'un lunatique.

"AAAAAAAH! J'AI MAL! J'AI MAL!"

En deux temps trois mouvements, comme des mères qui accourraient vers les pleurs de leur nouveau né, il se sentit emmené en quatrième vitesse dans une chambre où là, on déchira sa chemise. Les bips-bips de ma machine reprirent aussitôt et amplifièrent la chanson. Mais presque au même moment, Takagi sentit du mouvement important autour de lui. D'abord, tous ces corps se penchèrent autour de son œil crevé et conclurent que ce dernier était irréparable. Puis il sentit que le mouvement était plus violent. En tournant sa tête, il vit Obaka, débouler dans la chambre tel un taureau enragé et réduire le défibrillateur en pièce en une charge. A ce moment là, le Roi de l'évasion comprit qu'il allait rédiger son tout dernier chapitre. Ce qui lui donnerait le statut de mythe.
Il attrapa l'épaule d'Obaka et lui dit alors encore une fois des mots qui parurent à double sens.

"Ils viendront te chercher."

Les autres auraient pu prendre ça pour une forme de mysticisme. Mais Takagi savait que des complices l'aideraient à s'en sortir avec Obaka.
Quant à lui...
Toutes ces années qu'il avait passées en prison, à simuler la maladie, à endurer ses propres blessures, il les avait aussi passées à manipuler son cœur. Et il savait comment l'arrêter.
Son corps s'effondra d'un coup sur le lit, et la dernière chose qu'il perçut, ce fut la fin de la chanson. Les bips-bips réapparurent pour mieux disparaître dans un long crissement aigu.
Takagi savait qu'il allait devenir une légende dans quelques heures. Ce qu'il ne savait pas, c'était que cette "fausse mort" allait en engendrer une autre, à un endroit différent.


________________________

Dans la soirée, lorsque son corps arriva dans la morgue, dix minutes plus tard, il se réveilla et profita de la surprise du médecin légiste et son assistant pour les assommer et prendre les vêtements de l'un d'entre eux. Il dissimula leurs corps dans les fameux "tiroirs des morts" et utilisa un scalpel pour couper ses cheveux.
De la morgue, il alla dans le bureau du médecin légiste pour emprunter le téléphone et composer le numéro salvateur. Ses complices arrivèrent.
Cinq minutes plus tard, Takagi disparut de la circulation sans que personne hormis les deux légistes puissent le savoir, et conclut ainsi sa dernière évasion. Quant à Obaka il disparut au même moment de l’hôpital. S'il n'était pas pris d'ici là, il aurait déjà une très grande notoriété en étant celui qui l'aurait aidé pour son ultime fuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Dieu Suprême •
avatar
Gantz.

Nombre de messages : 2433
Pseudo : Gantz
Surnom : Gantz
Âge du personnage : Des décennies...

Fiche Technique
Points:
1000/1000  (1000/1000)
Missions:
1000/1000  (1000/1000)
Équipement/Armement: Vos vies mes fidèles soldats.

Mar 17 Mai 2011, 12:38




    Pendant ce temps, chez Yuji Sakurai.
    Comme si rien n'était arrivé, il avait repris son train de vie quotidien. Difficile de savoir si le jeune homme était vraiment conscient de sa situation...

    La nuit du 28 Octobre, il était rentré à la hâte après avoir manqué de se perdre. Sa colocataire, Aoki, l'attendait de pied ferme, à la fois inquiète et fâchée par son retard. Il s'était fait passer un savon et avait raconté, certes avec ses propres mots, l'extraordinaire soirée qu'il avait vécu. Aoki interpréta ses dires comme des excuses pittoresques, bien entendu. Pourtant, en lui montrant la valise, le costume en latex et l'arme en plastique, elle dut se rendre à l'évidence : son ami avait encore trouvé une lubie des plus étranges, aux goûts douteux qui plus est. Sans compter que ça avait dû lui coûter une petite fortune ! Il fallait dire qu'elle avait plus ou moins l'habitude avec cette tête en l'air. Elle fut tout de même très contrariée et bouda une bonne semaine.
    Ce fut un miracle qu'elle ne tombe pas sur l'E-MISSION... Toute l'histoire de son colocataire aurait alors eue d'avantage de crédit.

    Ce soir, il était vingt heures.
    Attablé avec Aoki dans le séjour, en train de visionner une émission humoristique quelconque, il sentit un drôle de courant d'air parcourir sa nuque. Quelque chose d'inhabituel.

    "Tiens ?"
    "Hum ? Qu'est-ce qu'il y a ?"

    Le garçon se leva sous le regard intrigué de son amie.

    "Je crois qu'il est temps d'aller faire des courses !"
    "Hein ?? Maintenant ?!"

    Sans rien ajouter de plus, Yuji partit se changer dans sa chambre. En dessous de ses habits classiques, il revêtait la précieuse combinaison du surhomme. Sachets de course et valise vide en mains, le jeune homme sortit. L'occasion d'acheter le dernier Slide en passant, avec Anumi et Kiyoshi Knight, deux séries qu'il adorait.

    Une fois ses petites emplettes terminées, il fut bloqué dans une petite rue sombre, puis transféré.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Kuwabara Kazuo

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t708-kazuo-kuwabara-valide
Nombre de messages : 209
Pseudo : Ginko
Surnom : Le GRAND Pervers
Âge du personnage : 23

Fiche Technique
Points:
25/100  (25/100)
Missions:
4/6  (4/6)
Équipement/Armement: X-Shotgun - X-Gun (holster + paquet de cigarettes et briquet) - Gantz Blade (holster) - Contrôleur - Tenue urbaine (sweat poches avant) - Combinaison

Jeu 19 Mai 2011, 21:43


    Dans l'obscurité d'une chambre plongée dans l'obscurité, Kuwabara Kazuo était assis nu sur un lit aux draps froissés, regardant les informations avec amusement. Son corps musclé et transpirant était éclairé par le téléviseur. Tranquillement, il s'alluma une cigarette.

    "... au terrible meurtre de Maho Minami, jeune étudiante de vingt ans assassinée dans son appartement à Shibuya. Le corps de la victime a été retrouvé il y a quatre jours par les responsables de l'immeuble alors que les autres locataires se plaignaient d'une odeur insoutenable provenant de la chambre. La Police n'a toujours pas trouvé de suspect dans son enquête..."

    En riant de bon coeur, l'homme laissa échapper la fumée inspirée. Comme c'était jouissif de voir que justice était faite ! Sa justice. Il était devenu une célébrité de l'ombre. Il avait rétabli l'ordre des choses.
    En effet, depuis qu'il avait tué Maho, il se sentait... libre. Libéré de ses chaînes qui l'entravaient depuis tant d'années. Il pouvait déployer ses ailes sans retenue à présent. Et personne parmi le commun des mortels ne saurait l'arrêter, grâce à la formidable technologie de la Sphère Noire. Les flics ne trouveraient absolument rien pour l'identifier sur les lieux du crime... ni sur la victime, car il ne l'avait pas violé. C'eut été trop facile, et ça n'avait jamais été le but de sa démarche. Et puis, quelle horreur ça aurait été de violer quelqu'un qui le dégoûtait ! Non, il n'était pas un rustre. Il fallait tout de même un minimum d'esthétique, d'attirance physique pour le satisfaire. Il l'avait juste démembré, proprement.

    " Tu sais, je me demande s'ils te cherchent... " balança-t-il soudainement par dessus son épaule.

    Derrière lui, un gémissement puissant étouffé de sanglots s'éleva.
    Etendue sur le lit, une femme nue, ruisselante de sueur, était attachée par les quatre membres. Immobilisée, suppliante, victime de ce violeur dément qu'elle avait eut le malheur de pousser dans le vide. Celui qui avait prétendu être son "ami".

    " Hein, Misaki ? Qu'est-ce que tu dis ? " jubila Kuwabara.

    La clope entre les lèvres, la bête s'avança à quatre pattes vers sa proie. Elle, il la désirait ardemment. Cela faisait trois jours qu'il l'avait retrouvé, malgré toutes les précautions qu'elle avait prise pour s'éloigner de son passé tourmenté. On ne prend pas un nouveau départ si facilement... pas avec un psychopathe aux trousses. D'une main presque docile, Kuwabara écarta les cheveux mouillés de sa prisonnière, se délectant de ce regard oscillant entre peur, colère, souffrance et désespoir.

    " Tu sais, je dois vraiment te remercier. Grâce à toi qui m'a tué, je suis devenu un surhomme... En fait, tu es la seule responsable de tout ce qui arrive ! Ha ha ha, n'est-ce pas ironique ? "

    Les cendres de sa cigarette tombèrent sur la gorge de Misaki Kaori, qui hurla derrière son bâillon.

    " Oups, je suis désolé petit ange... "

    A ce moment, Kuwabara se raidit en sentant l'appel de Gantz.
    Un large sourire extasié se dessina alors sur sa bouche tandis que ses yeux s'écarquillaient.

    " Enfin ! " explosa-t-il la voix tremblante.

    Précipitamment, Kuwabara sauta du lit et s'empara de la tenue noire laissée sur une chaise. Il se mit à l'enfiler, pressé, sous l'oeil inquiet de sa prisonnière. Il tint bien évidemment à la rassurer.

    " Ne t'en fais pas, je reviens très vite ! C'est une promesse. " dit-il en faisant un clin d'oeil.

    Il eut le temps d'enfiler ses vêtements par dessus, et n'oublia pas ses armes. Fin prêt, il attendit le moment fatidique en adressant un sourire éclatant à Misaki qui, lorsqu'il se mit à disparaître comme par magie, s'évanouit sur le champ.


Sens la vraie douleur, vois la vraie peur... Je ne suis pas ton pire cauchemar, parce que je suis réel.


Dernière édition par Kuwabara Kazuo le Lun 23 Mai 2011, 17:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bannis
avatar
Akane Ueno

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t560-akane-ueno-valide
Nombre de messages : 399
Pseudo : Ueno
Surnom : Paratonnerre

Fiche Technique
Points:
16/100  (16/100)
Missions:
2/2  (2/2)
Équipement/Armement: Y-Gun (holster) + déclencheur externe – X-Shotgun (sanglé) – X-Gun (holster) - Treillis contenant boussole, deux brassards de nage, un képi, une paire de lunettes de soleil dans un étui semi-rigide - un talkie Motorola XTR446 accroché à la ceinture - masque anti-gaz filtre mixte - Contrôleur – Combinaison - raquettes de marche de fortune

Dim 22 Mai 2011, 13:21

Après sa conversation avec Vargas et Zurui, Akane consacra tout le lendemain à effectuer certains achats, tels que précisés par le gantzer débrouillard. Ne restait qu’à en attendre la réception, en espérant que Gantz ne les appelle pas entre-temps. Tel ne devait pas être le cas, fort heureusement.

Le surlendemain de son arrivée au manoir, Akane se réveilla en plein milieu de la nuit. Il y avait de l’orage dans l’air, elle le sentait dans tout son corps, dans chaque parcelle de son être. La jeune femme était à bout de souffle, elle ressentait comme un malaise, et puis elle vit de légers arcs électriques se former entre ses doigts. Les yeux exorbités, elle regardait ce phénomène, tentant de comprendre ce qui lui arrivait. Sa mort sur le toit, son interaction avec Gantz qui lui avait permis pendant un moment de comprendre de façon pour ainsi dire surnaturelle ses équipiers … et maintenant, ça. Devait-elle avertir Vargas de sa situation ? Non, inutile de l’inquiéter davantage, elle devait gérer ce problème seule, d’autant que le phénomène cessa aussi finalement. Perplexe, la jeune femme retrouva tout de même le sommeil.

Akane se réveilla le lendemain, et se découvrit une étrange phobie pour l’eau au moment de se doucher. Finalement, l’usage de lingettes fut la seule solution pour qu’elle demeure propre. Elle remit ensuite sa tenue Gantz, descendit et prit un bon petit déjeuner avec Vargas. Après s’être restaurée, la jeune femme s’entraîna une heure au tir dans le jardin. Un pistolet à plomb et quelques cibles en carton faisaient l’affaire pour ne pas perdre en précision à un moment crucial, pendant un combat véritable. Elle invita Vargas à faire de même. Cet homme était trop âgé pour accomplir des prouesses physiques, même avec l’apport de la tenue gantz, mais il pouvait être un allié précieux avec un X-Gun.

Le reste du temps, la japonaise se confectionna une sangle qui devrait pouvoir porter le X-Shotgun sans la gêner. Elle receptionna le matériel acheté en suivant les consignes de Zurui, et s’entraina de façon intensive au corps à corps. Elle pratiquait le close combat depuis au moins cinq ans et il ne lui manquait pas grand-chose pour devenir vraiment aguerrie dans ce domaine aussi. Néanmoins, un entraînement en solitaire atteindrait vite sa limite. Elle avait besoin d’aide et elle savait où la trouver. Par la suite, elle se rendit à une salle de boxe américaine tenue par un certain John, un militaire américain et un ex qui lui devait une faveur. Ce dernier accepta de payer sa dette en fournissant le plus possible de sparrings partners à la jeune femme, les jours à venir.

Pendant deux semaines, à raison de trois heures par jour, Akane s’entraîna sans relâche avec des gaillards qui pesaient au moins trente kilos de plus qu’elle. Aidée par sa tenue gantz, elle encaissait les coups sans problème mais diminua peu à peu la protection de cette dernière, en retirant tout le haut pendant ses séances d’entraînement afin de se motiver à esquiver les assauts de ses adversaires. Elle fit des progrès remarquables, confirmant son aptitude dans de domaine, même si elle ne parvint jamais à vaincre son partenaire le plus doué, John lui-même, qui maîtrisait tout de même trois styles de combat différents. Avec sa tenue complète et en y mettant toute sa force, elle l’aurait pu le vaincre mais elle l’aurait tué du même coup, ce qui n’était pas son but. L’homme était tout de même impressionné par la technique de combat de son ex et il essaya de flirter à nouveau avec elle. Bien que flattée, la japonaise déclina amicalement les avances de l’homme, lui disant que ce n’était pas le moment.

Avec cet entraînement intensif et son heure quotidienne de tir, Akane se sentait prête pour la prochaine mission. L'incident électrique ne se répéta pas, mais sa phobie pour l'eau semblait ancrée en elle, ce qui alimentait régulièrement la perplexité de la jeune femme. Zurui venait tous les soirs et les week end pour assembler le matériel dans la cave de Vargas, aidé par le gantzer moustachu et encouragé par Akane qui avait deux mains gauches en ce qui concernait les constructions. A priori, Zurui montait une sorte de robot éclaireur avec des fonctions d'analyse, quelque chose comme ça. Quand il eut fini d'assembler, il leur demanda de garder le tout dans un sac qu'il faudrait soulever durant le transfert. Il y avait aussi du matériel pour le groupe, dans quatre sacs à dos. Puis, le surlendemain, ça arriva alors que les trois gantzers venaient de se répartir le matériel à porter pendant le transfert à venir. Les trois gantzers sentirent au même moment comme un frisson fort inhabituel les parcourir, s’en informant clairement. Pour Zurui, c’était le signal. Dans le doute, ils prirent chacun leur part de matériel, ce qui les encombra un peu. Zurui prit le sac contenant son matériel spécifique, Vargas se chargea de deux sacs contenant l'armement et Akane prit les deux sacs contenant le reste de l'équipement, des trousses de soins, des talkies walkie et des masques anti-gaz. Si ce n’était pas le moment, ce serait juste un faux départ. Ils portaient bien sur leur gantz wear respective, la jeune femme portant aussi son Y-Gun et sa gantz wear complète, ainsi que deux brassards de natation tout plats dans une des poches de son treillis, au cas où ... Akane préférait ne pas prendre son arme de service, ce qui serait trop dangereux en cas de perte ou de vol. Son arme était bien mieux, rangée dans le coffre de Vargas.

Le transfert commença alors avec Akane, leur donnant raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administrateur
avatar
Yarashin Zurui

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t450-zurui-yarashin-valide
Nombre de messages : 1025
Pseudo : cauhein
Surnom : Zuruinator
Âge du personnage : 27 ans

Fiche Technique
Points:
0/0  (0/0)
Missions:
1/5  (1/5)
Équipement/Armement: combinaison, gantzpad, GantzBlade ,GantzScanner, cyberveste(camnocturne,UC,monocleAR, batterie), GantzScanner)

Mer 25 Mai 2011, 10:17

Yarashin était assez content de lui.
Ivan avait effectivement pu lui garder des armes.
Pas assez puissant pour une des horreurs qu'il avait lu sur le canada, mais bien assez pour ce qu'il avait affronté jusque là.
Akane est allée chercher le tout immédiatement.
Elle avait raison, le temps comptait.
D'après ses estimation, ils avaient 2 semaines pour être prêts.
Aussi se cloitra-t-il dans la cave pour terminer ses bricolages.

Quand il n'était pas occupé à souder, à analyser les fréquences des YGun empruntés à Sakyo et Akane, il développait un programme d'analyse à partir de modules laissé par des suédois. Aucun n'avait survécu, mais les dépôts laissés sur un serveur du Kazakhstan lui permettaient d'arriver très vite à une interface complète avec le X-Gun.

Quand la programme fût terminé, il passa la journée à l'essayer sur les passants, s'amusant des commentaires désobligeants de Gantz, avant d'en fournir une copie à Sakyo, avec son YGun.
Il songea un instant à l'hybrider avec le système de localisation, mais certains paramètres manquants dans l'analyse du XGun l'en dissuadèrent.

Lorsque la soudure fût terminée, il monta les composants et se mit à la couture.
Il croyait pouvoir se protéger avec les gants de la combi, mais il fut bien obligé de les retirer à la cinquième aiguille cassée.
A partir de cet instant, il sortait toujours de la cave les doigts en sang.
Le produit fini était un peu lourd pour lui, mais c'était sans doute le prix à payer.
Aucun mot ne filtra sur ses bricolages.
Ils auraient la surprise dans l'appartement.

Les Yguns lui opposèrent moins de résistance qu'il ne l'avait pensé.
Il isola la fréquence désirée relativement vite et la reproduisit très facilement.
Le problème restait l'énergie : il dut recourir à des condensateurs pour obtenir la puissance nécessaire, ajoutant un délai de 5 secondes.
Il rendit à Akane son YGun avec ce qui ressemblait à un détonateur à pile dans une boite de tictac.

Il testait une dernière fois le matériel assemblé avant de rentrer lorsqu'un picotement lui raidit la nuque.
C'était l'heure.
Il attrapa son sac, mais laissa son ordinateur.
Cette fois, il ne le perdrait pas.
Il entendit les autres paniquer en haut alors qu'il commençait à partir.


MJ amateur, habilité pour les prémorts, MP moi.

Na na na na na na na na na na na na na na na na... ZURUI!


Dernière édition par Yarashin Zurui le Mer 25 Mai 2011, 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Sakyo Jinnai

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t219-sakyo-jinnai-valide
Nombre de messages : 1071
Pseudo : Sakyo
Surnom : Héros abandonné
Âge du personnage : 19

Fiche Technique
Points:
51/100  (51/100)
Missions:
3/6  (3/6)
Équipement/Armement: Y-Gun (+déclencheur), X-Gun, Contrôleur, Combinaison, Manteau, Masque à gaz, Talkie-Walkie, Trousse de soin dans sac à dos.

Mer 25 Mai 2011, 15:23

Ainsi donc, Sakyo avait passé le reste de l'intermission chez Vargas. Si Akane et Yarashin s'étaient centrés vers un "entraînement" qui leur était plus spécifique (Akane vers le corps à corps, Yarashin dans la conception de nouveaux gadgets), l'écrivain s'essaya à la polyvalence, sans vraiment pouvoir exceller dans un des domaines auxquels il toucha. Il s'entraîna de temps en temps au corps à corps avec Akane, qui s'exerçait auprès d'un certain "John" et d'autres collègues militaires. Là, il n'apprit pas grand chose, du moins rien qui lui permettrait d'abattre facilement un adversaire à la seule force de ses bras. Mais il apprit quelques bases qui lui permettraient sans doute de fuir ou bien de conclure un combat en dernier recours.

Quant le geek eut terminé de modifier les Y-Gun, Sakyo s'entraîna à tirer sur des objets, d'abord immobiles, puis en mouvement. Il s'efforça de ne pas utiliser le système de verrouillage afin de pouvoir tirer sans se baser uniquement sur cela lors de ses combats. Ainsi, il pourrait agir de façon plus rapide. A la fin des deux semaines, il fut tout de même capable de capturer une petite cible à une distance moyenne environ trois fois sur quatre. Cet entraînement, il l'effectua sans porter sa combinaison, afin de ne pas bénéficier du support musculaire qui améliorerait sa visée. Ainsi, si sa combinaison le lâchait, il pourrait toujours tirer assez correctement.
Malheureusement, il ne put utiliser ses compétences de tir au fusil, qu'il avait amplifiées avec Kyou et Reika. Mais au moins, il pouvait désormais toucher un peu à tous les domaines.

Un soir, il ressentit le signal de Gantz avec un frisson dans la nuque. Il s'empressa alors d'enfiler sa combinaison pour ensuite s'équiper de son contrôleur, son Y-Gun modifié et son Gantz-Blade. Il pensa un instant à prendre son notebook, mais compte tenu de ce qu'il était devenu à la dernière mission, il préféra se dire que Yarashin aurait sans doute créé quelque chose qui fasse office de radar.
Après cela, il avait descendu les escaliers en trombe pour voir l'otaku afin de le prévenir. Mais il fallait dire que plus que "le mettre au courant", l'écrivain était surtout terriblement curieux de voir ce que son coéquipier avait pu concocter. Malheureusement, ce n'est qu'à l'entrée de la cave qu'il sentit son corps se figer littéralement.
Il espéra un instant que tout le monde aie pu prendre l'équipement nécessaire.
Puis la vision de la porte de la cave disparut, pour lui laisser voir la chambre...


Ce n'était pas qu'une illusion. Cette douleur, je la sentais. Et ma peau, déchirée, mes cris, étranglés, je les entendais.


Dernière édition par Sakyo Jinnai le Mer 25 Mai 2011, 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reflet-pareidolie.blogspot.com/

Gantzer A
avatar
Vargas Von Casteirn

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t385-vargas-von-casteirn-valide
Nombre de messages : 1091
Pseudo : Vardec
Surnom : The Scarlet mustache
Âge du personnage : 50

Fiche Technique
Points:
13/100  (13/100)
Missions:
2/6  (2/6)
Équipement/Armement: X-Shotgun (mains) - X-gun (holster gauche) - Y-Gun (holster droit) - 1 Magnum + 2 boîtes munitions - 1 Masque à gaz (sac à dos) - Contrôleur - Combinaison

Mer 25 Mai 2011, 15:56

Le manoir était pour la première fois depuis que le vieillard s’était installé à Tokyo animé par une vigueur qu’il n’avait jamais connu ici. La petite communauté s’agitait constamment, selon Yarashin l’écart entre deux transferts dans la chambre était relativement court. Il fallait donc profiter de ce temps mort pour se préparer. Ce dernier avait fait de la cave son second domicile.

Ne voulant être dérangé par personne. Vargas laissait toujours un petit plateau avec de quoi se revigorer. L’équipement qu’ils avaient reçu des commandes avait impressionné le vieil homme car pour la quantité réclamé pour le geek et la militaire, il n’en avait pas eu pour une grosse somme. C’est fou ce qu’on pouvait trouver sur internet de nos jours.

Durant la cohabitation, ils apprirent à mieux se connaître, Saki et Sakyo avait l’air de se rapprocher, cependant le vieil homme en était toujours à se demander si ils étaient ensemble avant la chambre. Akane et Yarashin avaient clairement pris en main les préparatifs, la plupart d‘entre s‘était vu attribué du matériel à garder avec soit et qu‘ils devaient faire en sorte d‘être emmené avec.

La métis ne cessait de s’entraîner au combat rapproché. Le jeune écrivain s’exerçait au tir avec le Y-gun que Vargas empruntait quand il ne l’utilisait pas pour également s’améliorer dans sa manipulation.

Quand le moment du transfert arriva, il sentit comme une curieuse sensation derrière la nuque. Il se trouvait avec l’adolescent et c’est en voyant sa réaction qu’il comprit que c’était maintenant. Il attrapa les sacs au moment où son l’écrivain commença à disparaître. Bonne réaction de la part du retraité puisqu’il l’emboîta de peu.


Dramatiquement sanglant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gantzer A
avatar
Saki Ren

Fiche : http://gantz.forumpro.fr/t158-saki-ren-validee#15554
Nombre de messages : 311
Pseudo : Noodle
Surnom : Ushiro
Âge du personnage : 17

Fiche Technique
Points:
0/0  (0/0)
Missions:
3/7  (3/7)
Équipement/Armement: Combinaison, X• Shot GUN, GantzBlade, Wakizashi, Talkie, Masque à Gaz, serviette éponge.

Mer 25 Mai 2011, 21:56


    Depuis le premier jour où elle était arrivée chez le vieux dénommé Vargas, la demoiselle resta très solitaire. Plus solitaire qu'elle n'avait pu l'être jusque là. Certes, elle avait des problèmes de sociabilité, mais cette fois, il ne semblait pas que cela vienne de là. Pour être plus exacte, elle était ainsi depuis qu'elle était partie voir son frère, du moins, comme elle l'avait dit. De son escapade en louve solitaire personne n'en su rien. Pas même Sakyo qui l'avait pourtant accompagné dans les ruines de son passé.

    Durant tout ce temps, elle s'était occupée à reprendre de l'exercice. La course en particulier où elle excellait particulièrement. Mais avait aussi décidé de s'entraîner au sabre, ayant alors appris que des lames spéciales étaient disponibles. A vrai dire, elle n'avait jamais été très à l'aise avec les armes à feu, elle se débrouillait tant bien que mal, mais Saki déployait plus d'affinité avec l'art du sabre, et pour cause. Plus jeune, elle passait ses vacances à Shizuoka, où vivait son oncle, qui possédait le plus grand dojo de Kendo de la préfecture. Évidemment, la jeune enfant était obligée de pratiquer chaque jour durant ses pseudos vacances. Elle n'avait jamais vraiment aimé cela, mais en y repensant, cela lui servait bien en ce jour. Elle concentra la majorité de son travail sur la mémoire du corps, afin de retrouver ses réflexes perdus ... Le port quotidien de la combinaison lui permettait de fournir davantage de résultat, ce qui ne la rendait pas peu fière ...

    Ce fut après l'un de ses nombreux entraînementS journaliers que Saki alla se désaltérer dans la cuisine. Un petit sabre à la main, une serviette éponge de l'autre, ce ne fut que lorsqu'elle en sortit qu' elle sentit une curieuse sensation. Devant elle dans le salon le comportement de Sakyo et Vargas changèrent. A peine réalisa-t-elle ce qui allait se passer que sa vision changea du salon à la chambre de la sphère noire.



Bang bang, I shot you down
Bang bang, you hit the ground
Bang bang, that awful sound
Bang bang, I used to shoot you down ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

[A7 - Gantzer A7 ] Morts et transferts - Everybody

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Transferts pour 2011
» Tuto pour peindre les morts.
» [morts vivants] WIP de fond de tiroir
» Haiti/cyclone : Le bilan des victimes de Hanna passe à 61 morts
» guerrier des morts
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gantz ROH RPG ::  :: RP hors-mission :: Tokyo :: Autres-